A Agde, s’est déroulé en l’Église Saint-Sever, le  Dimanche 02 décembre 2012 à 15h30, le traditionnel CONCERT DE L’AVENT organisé chaque année par l’Ecole de Musique. 

Malgré une température plus que fraîche, le public s’est retrouvé, une fois de plus, fort nombreux pour assister à un concert d’une grande qualité. Au programme de cette année : Les Chants du Monde et ainsi que vous pourrez le constater dans les vidéos suivantes, cette thématique fut parfaitement respectée.

Entre autres, avec la maîtrise de l’école de musique interprétant ici un superbe kalinka. Précision utile : Kalinka (« Калинка » en cyrillique, « Petite baie (d’obier) ») est un célèbre chant russe devenu traditionnel. Il a été écrit et composé en 1860 par Ivan Petrovitch Larionov (1830 – 1889). Il s’agit d’une chanson d’amour poétique, amusante et coquine, dont il est impossible de traduire toutes les nuances à cause des expressions typiques russes utilisées et des double-sens volontairement introduits. Une traduction approximative donnera ce qui suit :

Refrain :
Obier, obier, mon obier,
Dans le jardin, il y a des baies de framboises, ma petite framboise !
(Bis)

Sous le pin, sous la verdure,
Allongez-moi pour (y) dormir
Ah, liouli, liouli, ah liouli, liouli,
Allongez-moi pour(y) dormir.

(Refrain)

Ah, petit pin, toi qui es vert,
Ne fais donc pas de bruit au-dessus de moi !
Ah, liouli, liouli, ah liouli, liouli,
Ne fais donc pas de bruit au-dessus de moi !

(Refrain)

Ah, (ma) beauté, (ma) chère jeune fille,
Tombe donc amoureuse de moi !
Ah, liouli, liouli, ah liouli, liouli,
Tombe donc amoureuse de moi !

(Refrain)

Dans cette seconde vidéo, vous pourrez découvrir la nouvelle professeur de chant de l’école de musique d’Agde, Marie-Noëlle KUDER-VINCENT, dans une fort jolie interprétation suivie de l’incontournable Jean-Pierre TORRENT, le ténor agathois, présent à chaque grand moment musical de la Cité lorsque ses obligations artistiques ou la préparation intensive de la programmation musicale du Festival Pézenas Enchantée lui laisse quelque répit. Interprétation toute personnelle du Noel Blanc / White Christmas passant d’une variante lyrique à une autre, beaucoup plus marquée Jazz et interprétée dans un style que Louis Armstrong n’aurait pas renié.

 

Petite précision historique :

White Christmas a été créée par le chanteur Bing Crosby en décembre 1941, à l’occasion de son émission de radio The Kraft Music Hall, sur les ondes de NBC.
Il enregistra une première version le 29 mai 1942 avec le John Scott Trotter Orchestra et les Ken Darby Singers dans les studios de Decca. Le single (Decca 18429A) s’est vendu à 50 000 000 d’exemplaires. La chanson fut incluse dans le film L’amour chante et danse (Holiday Inn) (1942), dans lequel Crosby la chanta en duo avec Marjorie Reynolds. White Christmas reçut un Oscar de la meilleure chanson originale. En pleine Seconde Guerre mondiale, avec des paroles chargées de nostalgie (« Je rêve à un Noël blanc, tel que je l’ai connu [jadis] »), la chanson toucha une corde sensible auprès des G.I.s, ainsi qu’au près du public américain en général. Le 3 octobre 1942, la chanson entrait dans les palmarès. Le 31 octobre elle était numéro 1. Vers la fin de la guerre, White Christmas était devenu le single le plus vendu de tous les temps, battant tous les records. Elle fut reprise par de nombreux artistes comme Frank Sinatra, Elvis Presley, les Drifters, Charlie Parker (1948), Louis Armstrong (1952), Ella Fitzgerald (1960), les Beach Boys (1964), les Supremes (1965), Tony Bennett (1967), Chicago (1998), Ringo Starr (1999), Michael Bublé (2003 et 2011), Billy Idol (2006), Connie Talbot (2007), Taylor Swift (2008) ou encore Lady Gaga (2011).

Dans le monde francophone, la chanson a été traduite par Francis Blanche et est devenue Noël blanc. Elle fut notamment interprétée par Eddy Mitchell (1981), Dalida, Nicole Martin (1979, sur l’album Noël avec Nicole Martin), Gérard Lenorman (1974, sur l’album Noël du monde), Marie Michèle Desrosiers (2002, sur l’album Marie Michèle Desrosiers chante Noël avec le Chœur de l’Armée Rouge), Céline Dion (1981), Christophe, Dorothée ainsi que plus récemment par Thierry Gali.

Après cet intermède chaleureux et rythmé, il était temps pour LES AGITÉS DU VOCAL, la désormais célèbre chorale agathoise, dirigée d’une main de fer dans un gant de velours par Catherine MOULY d’entrer en scène. Pour tous renseignements, nous vous encourageons à relire l’article qui leur était déjà consacré. Force est de reconnaître que cette chorale commence à être à la fois connue et reconnue, attirant à chacune de leurs prestations publiques des spectateurs toujours plus nombreux et toujours ravis de découvrir tant le répertoire ambitieux que les prouesses vocales de ses membres.

 

Cette ambition permanente initiée par Catherine fut encore une fois mise à l’honneur durant ce concert. Répertoire difficile comprenant trois morceaux de Franz Liszt (salve regina, ave verum, pater noster) suivi par un superbe « salve regina » de Bernard Maurin , actuellement professeur d’écriture musicale au Conservatoire de Montpellier.

Rappelons pour ceux qui l’ignoreraient que Franz LISZT (Liszt Ferenc en hongrois) est un compositeur, transcripteur et pianiste virtuose hongrois (de l’Empire d’Autriche), né à Doborján (aujourd’hui Raiding, en Autriche) le 22 octobre 1811 et mort à Bayreuth (Allemagne) le 31 juillet 1886. Liszt est le père de la technique pianistique moderne et du récital. Avec lui naissent l’impressionnisme au piano, le piano orchestral — Mazeppa, la quatrième Étude d’exécution transcendante — et le piano littéraire — les Années de pèlerinage. Innovateur et promoteur de l’« œuvre d’art de l’avenir » (la « musique de l’avenir » étant une invention des journalistes de l’époque) Liszt influença et soutint plusieurs figures majeures du XIXe siècle musical : Richard Wagner, Hector Berlioz, Camille Saint-Saëns, Bedrich Smetana, Edvard Grieg et Alexandre Borodine. Aussi féconde que diverse, son œuvre a inspiré plusieurs courants majeurs de la musique moderne, qu’il s’agisse de l’impressionnisme, de la renaissance du folklore, de la musique de film ou du dodécaphonisme sériel.

 

Ces oeuvres de musique sacrée polyphonique sont excessivement difficiles à interpréter et demandent beaucoup de maîtrise et d’harmonie pour toutes les chorales qui ont osé se prêter à l’exercice. Exercice pleinement réussi par LES AGITÉS DU VOCAL qui ont su émouvoir beaucoup de personnes présentes ce soir-là par la justesse de leur interprétation.

Pari encore plus exigeant, leur reprise des « Four slovaks folks songs » de Bela BARTOCK interprétés en tchèque ! Et de nouveau réussite totale.

 

Béla Bartók, né le 25 mars 1881 en Autriche-Hongrie dans le Banat à Nagyszentmiklós (aujourd’hui Sânnicolau Mare, « Saint-Nicolas le Grand », en Roumanie), mort le 26 septembre 1945 à New York, est un compositeur et pianiste hongrois. Pionnier de l’ethnomusicologie, il enregistra sur le vif nombre de morceaux de musique folklorique d’Europe de l’Est. Au début influencé par Richard Strauss, Liszt et Brahms dans le style tzigano-hongrois du verbunkos, sa découverte de Debussy et des chants paysans slaves l’oriente vers un nouveau style très personnel où sont intégrées les découvertes de Stravinsky et Schönberg. Pédagogue de renom, il restera toute sa vie profondément attaché à sa terre natale:« Pour ma part, durant ma vie entière, en tout lieu, en tout temps et de toute façon, je veux servir une seule cause, celle du bien de la patrie et de la nation hongroise ».

 

Cette belle soirée se termina par une reprise collégiale de Kalinka, reprise en choeur et accompagné aux mains par l’ensemble du public présent, au sein duquel figuraient Gilles d’ETTORE, Maire d’Agde, accompagnée par Mme Yvonne KELLER en charge de la culture et toujours très assidue à ce genre d’évènements. Parmi les membres de l’opposition, Richard REY était également présent et le musicien qu’il est fut visiblement séduit par les prestations des différents intervenants.

Cet article tombe à pic pour vous souhaiter à toutes et tous un très joyeux noël, où que vous vous trouviez car nous savons que vous êtes nombreux à nous lire dans les pays du Magreb et outre-atlantique.

Joyeux noël donc, que vous soyez ou non chrétiens, paix et amour pour vous, vos familles et tous ceux que vous aimez.

Avec pour nous, une pensée particulière pour celles, ceux qui sont seuls ce soir-là, pour tous ceux qui souffrent en leur chair, en leur coeur.

Puisse cette nuit de noël vous apporter un peu de bonheur.