Dans le cadre de l’organisme de coopération franco-américaine FRAME (French Regional American Museum Exchange), le Musée Fabre de Montpellier Agglomération et le Musée des Augustins de Toulouse s’associent au Los Angeles County Museum of Art et au Wadsworth Atheneum Museum of Art de Hartford pour présenter une exposition exceptionnelle consacrée au Caravagisme européen.
corps-et-ombresC’est une sélection de chefs-d’oeuvre, de Caravage à Rembrandt ou Georges de La Tour, rarement prêtés, qui sera dévoilée aux publics européen et américain, grâce à la coopération d’institutions internationales aussi prestigieuses que le musée du Louvre, la National Gallery de Londres, le Palais Pitti à Florence, le musée du Prado à Madrid…

Montpellier et Toulouse, les deux grandes villes de l’ancienne région du Languedoc sensible au Caravagisme au début du XVIIe siècle, avaient toute légitimité à être à l’origine de cette exposition. Les deux musées français présenteront simultanément les volets complémentaires d’une exposition conçue comme un diptyque :

Au musée Fabre de Montpellier : Le Caravagisme italien, français et espagnol : Caravage, ses premiers suiveurs (Gentileschi, Manfredi…), puis son influence sur l’école espagnole (Ribera, Velásquez, Zurbarán) et française (Valentin, Vouet…), jusqu’au peintre de la réalité Georges de La Tour.

– Au musée des Augustins de Toulouse : le Caravagisme nordique, flamand et hollandais : des pionniers qui firent le voyage en Italie (Honthorst, Seghers, Stom, Sweerts…) à ceux qu’ils influencèrent comme Jordaens et Rembrandt.

Qu’entend-on par CARAVAGE ou Caravagisme ?

Un peintre italien révolutionnaire, provocateur.

Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit le Caravage, a osé mettre dans ses peintures religieuses les petites gens de la société italienne : prostituées, travailleurs, hommes de peine, femmes ordinaires marquées par la vie, la misère, la maladie, la violence. La vraie vie dans toute sa banalité, sa brutalité, sa noirceur et sa laideur parfois. Un homme de mauvaise vie à l’origine d’un mouvement de peinture qui, après les lumières éclatantes de la Renaissance italienne… va s’étendre à toute l’Europe, ainsi naît le Caravagisme.

Il faudra attendre le XIXe siècle pour que soit reconnu le talent fulgurant d’un artiste disparu trop tôt, sans connaître la gloire et la reconnaissance. Les traits forts de son caractère se retrouvent dans ses œuvres. Son art repose sur le traitement contrasté de la lumière et de l’ombre. Le clair obscur. Sa peinture baigne dans une atmosphère dramatique. Elle est d’une grande force plastique pleine d’énergie.

Le Caravage - L'extase de Saint François

Le Caravage – L’extase de Saint François

Caravage est à l’origine du goût baroque qui va dominer en Europe pendant la première moitié du XVIIe. Après la Renaissance italienne du Quattrocento et du Cinquecento.

Caravage et les caravagesques du Sud sont à découvrir à travers 80 œuvres, 80 chefs-d’œuvre du maître, de ses disciples et de ceux qu’il a fortement influencés. Peinture de genre, faite de provocation, de furieuse créativité, d’émotion intense, de fulgurance. Des sentiments violents à fleur de toile.

Caravage à Montpellier :

L’exposition Caravage que propose le musée Fabre à Montpellier, jusqu’au 14 octobre, est un événement de niveau international dans le monde de l’art. Corps et Ombres présentera cet été 9 toiles du maître italien. Cette exposition est la plus importante jamais présentée en région française.

140 toiles, dont quelques œuvres de légende, seront présentes. Sept années de travail acharné pour Michel Hilaire, l’heureux directeur du musée Fabre. Le clou de son exposition, Le Sacrifice d’Isaac, l’une des plus célèbres toiles du peintre italien qui a été prêtée au musée au terme d’une audience papale. Il dit “avoir décroché la lune ce jour-là” !

Le Caravage - Le Sacrifice d’Isaac

Le Caravage – Le Sacrifice d’Isaac

L’action du président Georges Frêche a été prépondérante. En avril 2009, lors d’un voyage officiel à New York, il avait obtenu l’aval de Elisabeth Rohatyn qui préside le réseau franco-américain “French Regional Museum Exchange” . Montpellier investit donc 2 millions d’euros dans le montage de l’exposition et sera à l’origine d’un événement d’envergure mondiale.

Caravage inspire donc un acte majeur de la décentralisation de l’art en France. Il devrait fournir au musée Fabre un record absolu de fréquentation, au-delà de la première grosse exposition dédiée à Gustave Courbet qui avait dépassé les 200 000 visiteurs.

Un événement dans l’événement… à côté des neuf œuvres de Caravage, ce sont sept tableaux de Georges de La Tour qui seront exposés également à Montpellier, dont le célèbre “Tricheur à l’as de carreau” , prêté par le Louvre. D’autres grands musées ont participé également par le prêt d’œuvres comme le musée du Prado à Madrid ou le National Gallery de Londres. Zurbaran, Diego Velasquez, Orazio Gentileschi, Artemisia, autant de grandes signatures qui donnent encore plus d’ampleur à l’exposition.

Georges de La Tour - Tricheur à l’as de carreau

Georges de La Tour – Tricheur à l’as de carreau

Une telle exposition n’avait pas eu lieu en France depuis près de cinquante ans ; elle fera la synthèse des multiples découvertes faites par la recherche ces dernières années.

Musée Fabre
13 rue Montpelliéret
34000 Montpellier
Tél. 00 33 (0) 4 67 14 83 00
Fax. 00 33 (0) 4 67 66 09 20

musee.fabre@montpellier-agglo.com

Tous les jours de 10h à 20h sauf le lundi
Ouvert les 14 juillet et 15 août.
Tarifs:
Plein tarif : 9€ Tarif réduit: 7€
Billet d’entrée valable toute la journée et accès aux collections permanentes et au département des arts décoratifs.
Visite guidée :
De 11h à 12h30 et de 16h à 17h30
Plein tarif : 12,50€ Tarif réduit : 9€

Flyer de l’exposition et détails des activités culturelles autour de l’exposition.