Exposition “Si la nuit était claire” par le collectif Orient Express

du 26 octobre au 17 novembre 2019 à l’Espace Saint Ravy Montpellier

Vernissage le vendredi 25 octobre de 18:30 à 20:30

La 3ème exposition de la saison artistique 2019/2020 de l’Espace Saint-Ravy sera consacrée au collectif Orient Express.

Il rassemble Yongkwan JOO, Mona Young-eun KIM, Aurore Murcia et Mykhailo YERMAKOV, quatre jeunes diplômés de l’Ecole Supérieure des Beaux-arts de Montpellier (Esba-MoCo). D’origines différentes – France, Ukraine et Corée du Sud – ils se sont rencontrés lors de leurs études et maintenant collaborent en vue d’élaborer un univers traversant l’Est et l’Ouest, à mi-chemin entre réel et irréel.

« L’exposition Si la nuit était claire propose un temps inconnu qui n’a ni commencement ni fin. Le jour et la nuit, le rêve et la réalité, ces concepts contrastés forment une frontière mentale puissante. Cependant, nous estimons que ces limites peuvent s’écrouler, être modifiées par un événement. En les mélangeant, le monde se transforme et devient inhabituel, étrange. Au lieu d’attendre la disparition de la brume qui les dissimule, nous proposons d’y plonger pour se confronter à l’inconnu : entre imagination et états contradictoires qui transportent le spectateur dans une dimension empreinte de silence et de mystère. »

Yongkwan JOO
En utilisant des scènes captées pendant sa marche quotidienne, Yongkwan partage son regard contemplatif sur la relation entre l’individu et le monde qui l’entoure. La marche est un processus essentiel dans son travail; en errant dans la ville, il observe des choses qui se déroulent dans la rue, des mouvements qui ont lieu juste une fois dans la vie et il les enregistre.
Ensuite, il réalise une vidéo en boucle qui n’a ni début ni fin, et ainsi il parle de cycle, de la fatalité du monde où l’on vit, de la condition humaine aussi vaine que les efforts de Sisyphe1.

Mona Young-eun KIM
Mona Young-eun cherche à réaliser des œuvres qui réveillent notre inconscient et nous font rêver. Sa pratique s’articule autour des thèmes du déplacement réel et imaginaire. Cette ambiguïté crée un espace poétique et humoristique qui laisse une certaine liberté d’interprétation et d’appropriation par le spectateur. En tant que commissaire de cette exposition Si la nuit était claire, elle souhaiterait mener le public à expérimenter un temps inconnu qui n’a ni commencement ni fin.
1 Dans la mythologie grecque, le châtiment de Sisyphe consistait à devoir faire rouler sans cesse jusqu’en haut d’une colline un rocher qui en redescendait chaque fois avant même de parvenir au sommet (Odyssée, chant XI)

Aurore MURCIA
Aurore s’intéresse à la pluralité des points de vue sur son environnement. En jouant avec les rapports d’échelle, elle mêle le petit et le grand, l’intérieur avec l’extérieur, le naturel et l’artificiel. De la photographie à la vidéo, en passant par la sculpture et l’installation, elle propose au spectateur une vision multiple et une position singulière dans l’espace.

Mykhailo YERMAKOV
Le travail de Mykhailo est lié au questionnement sur la frontière entre fiction et réalité. Selon lui, cette question est devenue primordiale dans le monde actuel, et interroge la réalité dans laquelle nous vivons tous les jours, car aujourd’hui beaucoup des faits que l’on traverse ont une sorte de dualisme en soi et perdent leurs aspects physiques, ils deviennent éphémères, comme des fantômes.
Cette exposition s’offre comme une expérience saisissante, un transport dans une dimension empreinte de silence et de mystère où les limites s’ébranlent.

.

Espace Saint-Ravy
Place Saint-Ravy, 34000 Montpellier