Exposition « Memory Maps » de Tim Bickerton

du 12 Janvier au 03 Février 2019 à la Chapelle du Quartier Haut Sète

Vernissage vendredi 11 janvier à partir de 18:30

Rencontres avec l’artiste les 13 janvier et 3 février à 16:00 en français et à 17:00 en anglais.

Quand je peins c’est tout en vitesse, pour que l’émotion sorte en même temps que l’image — j’ai vu des Nubiens repeindre leur case de cette façon. Pour moi c’est l’intuition qui prime, pas la technique qui risquerait de délayer l’idée. C’est ainsi que j’obtiens l’effet maximal, que j’attire le regard du spectateur.

Le détail ne compte pas pour lui-même : ce n’est qu’une trace, une petite tache repérable sous un glacis, des sillons de brosses apparents, tout ce qui peut suggérer un espace qu’on peut investir. J’ai souvent recours à la feuille d’or ou d’argent, qui renvoie aussi bien au sacré des icônes qu’à la trivialité du papier peint métallisé de mon enfance.

Les dix tableaux de l’exposition dans la Chapelle jouent tous sur la profondeur, la troisième dimension. J’empile les souvenirs, traces visuelles dont la combinaison donne à voir l’homme que je suis devenu au fil du temps. J’ai beaucoup travaillé pour le théâtre, et cela a forgé mon sens de l’espace.

Tim Bickerton

Lorsqu’on me demandait de créer des décors pour un plateau, je le faisais toujours en artiste, pas en scénographe. Pour cette exposition, les images émergent d’une structure de vitrail, technique apprise lors de mon premier séjour en France. Les plombs des vitraux rappellent les sinuosités d’une carte. En route pour le souvenir donc, mais attention ! Toutes les cartes ne sont pas des cartes du Tendre non plus. Et malgré leur précision et leur apparente neutralité, encore faut-il pouvoir les lire. Mettez une carte sous les yeux d’un groupe ou d’une famille et vous verrez que chacun l’interprète à sa manière : le faux sens n’est jamais loin.

Chaque tableau est autonome tout en s’insérant dans une histoire. Certaines images sont redondantes, la Chapelle du Quartier Haut est le support idéal pour l’ensemble, pas seulement par ce qu’elle induit — les chantiers navals de Sète et son et son contexte maritime —, mais aussi par le fini noir et blanc de ses hauts murs qui trouve une résonance dans les œuvres exposées. Accroché le long des membrures d’un bateau au centre de la Chapelle, l’ensemble visuel des peintures apparaît au premier coup d’œil comme une installation.

.

Chapelle Du Quartier Haut
Grande rue Haute, Sète