Noël 2018

Jean-Yves MOIRIN

“Dessins” 

à dessein !

galerie annie gabrielli

21 décembre – 26 janvier 2019

DSC04304La perpétuité

Que cette heure arrêtée au cadran de la montre (Louis Aragon)

Dessins… à dessein !

A la question récurrente et quelque peu naïve : “Depuis quel âge dessinez-vous ?“, la réponse, accompagnée d’un petit sourire à la commissure des lèvres et de quelques rides malicieuses au coin de l’œil, arrive, étonnante : “Je dessine depuis 70 ans !” Etonnante car, l’artiste ne faisant pas mystère de son âge, il s’avère avoir… 70 ans ! Que faut-il en conclure, si ce n’est que Monsieur Moirin dessine depuis toujours !

Il dessine, aussi, comme il respire. Avant son petit-déjeuner, c’est carnet de croquis et crayon en main qu’il attaque sa journée !

Mais, qui êtes-vous Jean-Yves Moirin ?

Après une activité essentiellement orientée vers la peinture et le dessin, il se consacre depuis plusieurs années à l’image photographique. Quatre expositions à la galerie annie gabrielli l’ont installé dans le domaine et voilà qu’avec la cinquième, c’est avec le dessin, ce dessin essentiel dont il ne s’est jamais éloigné, qu’il revient nous intriguer .

Face à ces œuvres, le premier mot qui me vient aux lèvres, « matière », signifie-t-il que je n’y vois guère un dessin, au sens étroit du terme ? C’est, en tous les cas, que d’évidence et comme à son habitude Moirin fait dans l’excellence et que de la peinture au dessin en passant, bien sûr, par la photographie il met en avant une très grande maîtrise technique et un sens aigu de la perfection. Ici des monochromes, des camaïeux, des surfaces presque métalliques par leurs reflets, leur densité, et pourtant, il s’agit bien de dessins ! A la question du comment, alors que, provocateur, j’évoquais un possible aérographe, Jean-Yves Moirin finit par avouer, avec le sourire, qu’il ne s’en servait pas mais qu’il utilisait de multiples moyens, dont le pastel, pour arriver à ce qu’il jugeait être “le résultat recherché“.

DSC04331Ouverture

Le noir est velours…

DSC04242Horizon rouge

… et le bleu d’acier !

Il n’y a pas de différence fondamentale entre le dessin et la peinture, si ce n’est que, d’après certains théoriciens de l’art, le dessin est monochrome dans son essence, la peinture colorée.

DSC04308

Dans le temenos, cet espace sacré, découpé, au travers duquel il nous donne son « sous-bois », vérifions que « pour que la lumière agisse sur l’intimité des êtres et des choses, quoi de plus radical que l’ombre? » (Jean-Yves Moirin )

DSC04311

 

Cette obscure clarté qui tombe des étoiles” (Pierre Corneille)

On parlera donc de dessin lorsque les contours, les tracés, demeurent apparents, par rapport à des œuvres où dominent taches colorées, aplats de couleur.

Marc Ely, pour IDHérault.tv

DSC04265Bouchure

 

“DESSINS”

Jean-Yves MOIRIN expose avec Vanessa NOTLEY

galerie annie gabrielli

33 avenue François Delmas (route de Nîmes)

MONTPELLIER

21 décembre/26 janvier 2019