Exposition Johanne Cinier  » Le Féminin sacré »

du 7 décembre 2018 au 6 janvier 2019 au Show Room Galerie du Canal – Sète

Vernissage le 7 décembre à partir de 18:30

Bonjour,

J’ai le plaisir de vous informer de mon prochain vernissage peinture, le 7 décembre, 18 quai du Pavois d’Or à Sète, jusqu’au 6 janvier.
J’y exposerai mon dernier travail sur le thème « le féminin sacré », il y aura 12 grands tableaux (techniques mixtes).

« Le féminin sacré » est une série dans laquelle, je travaille sur la représentation de la femme contemporaine. J’utilise toute sorte de technique (photo, dentelle, peinture et collage) pour représenter leur grâce charnelle et leur sensibilité intuitive.
Tel une icône, il y a une recherche d’esthétisme dans mon travail comme pour glorifier ou sacraliser cette féminité…une sorte d’anthropologie de la représentation féminine à travers un regards décomplexé et fasciné.

Cordialement.

Johanne Cinier

 Johanne Cinier

Portrait par Christiane Meyrueis-Fages :
« Rencontrer Johanne Cinier, c’est forcément tomber sous un charme, mais en rester là nous laisserait loin de la vraie richesse de cette jeune artiste. Derrière ce regard et ce sourire rayonnants, il y a un enthousiasme, une passion, à la fois fulgurante et
rigoureusement cultivée, pour la création, toutes les formes de création. Un authentique professionnalisme, celui qui force l’instinct à passer par le travail, celui qui ne voit dans les obstacles que les étapes d’un chemin.

Johanne explore tous les champs du possible, sûre d’atteindre aussi l’impossible. Mais n’allez pas croire qu’elle se cherche un style ou une voie, elle a seulement choisi de satisfaire tous ses appétits. Alors elle prend sans hésiter ce que la vie lui offre : des
hasards, du talent, des matériaux, des circonstances, des outils, des émotions, des apprentissages, des envies, du savoir-faire et des déceptions … Et elle en fait sa signature.

Elle peut faire exploser ses peintures dans de grands formats abstraits, ou canaliser des coulures dans des compositions parfaites, ou encore se concentrer sur l’apparition d’un visage inattendu et peaufiné ; elle peut aussi se plier avec bonheur aux règles
rigoureuses du design, et même trouver sa place en douceur dans l’univers difficile du stylisme de mode. Puis elle revient mettre ses mains et ses outils au service d’émotions pures, qui, portées par une grande maîtrise technique, deviendront de remarquables harmonies de formes et de couleurs. Et elle repartira sur d’autres voies, de celles qui n’acceptent aucun balisage, parce que sa vie, c’est la création, et la création ne s’impose pas de limites. »

 Johanne Cinier

.

18 quai du Pavois d’Or à Sète