SUR LES CHEMINS DE SAINT-JACQUES

CODEX CALIXTINUS (XIIème siècle) : Dum Pater Familias

DAMIJAN MOČNIK  né en 1967 : Peregrinatio
(Création – Commande de Radio France)

Extrait du livre vermeil de Montserrat  (XIVème siècle) :  splendens in monte

MAURICE DURUFLÉ  1902-1986 : Ubi caritas – Tu es Petrus

HENRYK GÓRECKI  1933-2010 : Totus tuus

JACOBUS GALLUS 1550-1591 : Haec est dies

PHILIPPE HERSANT  né en 1948 : Viderunt omnes

JACOBUS GALLUS 1550-1591 : Virginis prudent

PIERRE VILLETTE  1926-1998 : Hymne à la Vierge

KARL JENKINS né en 1944 : Exsultate, jubilate

CLARA SCHUMANN 1819-1896 : Ave Maria

JOSU ELBERDIN  né en 1976 : Cantate Domino

MAURICE DURUFLÉ  1902-1986 : Pater Noster

Cathédrale Saint-Pierre – Montpellier

25 juillet – 20h

Choeur-de-Radio-France_Christophe-Abramowitz

Noirs et blanche… Blacks and white !

Des choristes tout de noir vêtus et un chef en blanc, équilibre très médiéval entre noir et blanc, évocation du baussant du Temple flottant sur les chemins de Compostelle.

Chœur de Radio France, pas de surprise, direction Martina Batic, toujours pas de surprise, mais « sur les Chemins de Saint Jacques« … énorme (et bonne) surprise !

Une heure et demi de joie et de bonheur, parfois proche de la béatitude. Est-ce normal ?

Ma réponse aura, tout d’abord, de quoi laisser planer un doute sur mon ouïe ou mon équilibre mental. Normal : oui, c’est tout de même le chœur de Radio France ; normal : non, car avant hier je trouvais l’acoustique douteuse, lors du concert du chœur de la Radio Lettone, à l’occasion des reprises par tout le chœur à pleine voix. Etonnant, tout de même, la cathédrale n’a pas changé, la technique vocale, peut-être !

Un sans faute, 13 pièces de grande qualité, 13 interprétations remarquables, remarquablement bien dirigées.

Tout y est bon, certes, mais une mention spéciale pour plusieurs de ces morceaux.

En tête l’Exsultate, jubilate de Karl Jenkins. Contrepoint, sur fond de joie ineffable et de jubilation. Interprétation sensible et enlevée.

Une belle œuvre, également, avec le Peregrinatio de Damijan Mocnik. Cette création, commande de Radio France, interprétée par un chœur scindé en trois voix : femmes, hommes, chœur, souffre quelque peu de certaines similitudes avec l’œuvre de Orff, les célébrissimes Carmina Burana. Peu importe, comme j’ai eu l’occasion de le dire à Damijan Mocnik, voisin de banc, c’est TRES BON !

Pour clore ce tiercé gagnant je n’oublierai pas le Górecki de Totus tuus. Ses variations sur le prénom Maria, son ampleur, s’inscrivent totalement dans la démarche musicale d’un compositeur à la spiritualité affirmée.

Mais mes préférences ne sont que des coups de cœur ! Car de Duruflé, que je n’apprécie pas toujours, à Gallus, en passant par Hersant, Villette et les autres, le choix des éléments de ce concert « jacquaïre », mais pas que, est excellent. Si on le doit à Martina Batic cela constitue une raison de plus pour l’apprécier.

Batic-Martina_Janez-Kotar

Puisque nous y sommes, parlons-en. Martina Batic, de main de maestra mais aussi avec élégance et sérénité, a assuré la difficile tâche de gérer un chœur d’excellents professionnels, certes, mais dont le nombre a de quoi impressionner ! Bravo.

Hymnes mariales, la Vierge constitue un des pôles de la spiritualité du « Camino« , incorporant la prière aux expressions musicales, passages obligés par la polyphonie, diachronisme mêlant le XIIe siècle à notre temps… quelle belle façon de célébrer un vingtième anniversaire que celle qui nous a été proposée ce soir.

Décidément de Scarlatti à Saint-Jacques on trouve toujours notre bonheur dans ce festival qui, pourtant, est loin d’être une auberge espagnole !

Marc Ely

IMG_0771

Lien

Site du chœur de Radio France

https://www.francemusique.fr/personne/choeur-de-radio-france-0

 

 !L