RETOUR sur :

TRANSCRIPTION/TRANSMISSION

Trio SR9

JOHANN SEBASTIAN BACH 1685-1750
Andante en mi mineur BWV 1027
Sarabande en mi mineur BWV 996
Sonate n°1 en trio en mi bémol Majeur BWV 525
Allegro moderato – Adagio – Allegro

 

FELIX MENDELSSOHN  1809-1847
Romances sans paroles op. 67
Andante en mi bémol Majeur « Méditations »
Allegro leggiero en fa dièse mineur « Illusions perdues »
Andante tranquillo en si bémol Majeur « Chant du pèlerin »
Presto en ut Majeur « La Fileuse »
Moderato en si mineur « La Complainte du berger »
Allegro e non troppo en mi Majeur « Berceuse

 

CLAUDE DEBUSSY 1862 – 1918
Tarentelle styrienne L 69
BELA BARTOK  1881 – 1945
Danse roumaine n°1 op. 8a
ALEXANDRE BORODINE  1833 -1887
Danses polovtsiennes, extrait du Prince

 

Trancriptions Trio SR9
Trio SR9
Alexandre Esperet  marimba
Nicolas Cousin  marimba
Paul Changarnier  marimba

Salle Pasteur/Le Corum

19 juillet – 21H

classique au large

Alors, on danse ?

Jeudi 19 juillet, festival de Radio France, journée annoncée TRANSCRIPTION/TRANSMISSION que j’ouvrais, ce matin, avec un « Et bien… dansez, maintenant !« , né du contenu du programme du concert de 11h, et qui se referme sur un « Alors, on danse ?« , titre du dernier album de SR9. Etonnant, non ? D’autant que ce matin, je ne connaissais pas encore le Trio SR9 ni, encore moins, le titre d’un quelconque de leurs albums. Hasard, coïncidence… on va dire ça !

Effectivement, un journée de 5 concerts « hors pistes », commencée sur des transcriptions prévisibles, sinon attendues, et se terminant sur des transcriptions pour marimba, cela tient plus de la sortie de route que du hors piste à proprement parler. Et pourtant…!

Je ne reviendrai pas sur le concert du matin, ses surprises et ses interrogations, mais sur ce trio atypique de jeunes gens sérieux, propres sur eux et apparemment équilibrés, qui transcrivent des œuvres de « grande musique » pour un instrument « qu’on sait pas trop ce que c’est », un compromis entre un piano préhistorique et un xylophone géant : le MARIMBA.

Bonne nouvelle, cela marche ! Ne cherchons pas trop la finalité du processus, « faire découvrir ou redécouvrir des œuvres de référence avec un son nouveau et créer l’illusion qu’elles ont été composées pour ces instruments » me laisse un peu rêveur, à tout prendre je lui préfère « l’aspect très visuel presque chorégraphique du jeu percussif. »

Mais cela n’a guère d’importance car le résultat est là, somptueux, magique, musical au delà du réalisme. Les trois magiciens, Alexandre, Nicolas et Paul, expliquent bien et jouent de leur marimba encore mieux. C’est Bach, tout d’abord, sa rigueur, son inventivité et son… contrepoint, qui sort sans dommage de la première partie, Mendelssohn suit, plus romantique, bien sûr, plus poétique, toujours avec autant de bonheur. Deux baguettes dans chaque main les trois interprètes, devant leur « table à sons », m’ont fait penser à des pongistes disputant un tournoi de haut niveau.

Troisième partie et nous rejoignons notre titre et la couleur générale de mon propos :  la danse. Tarentelle, danse roumaine ou polovtsiennes, elles justifieraient à elles seules l’apport de ce fichu marimba. Machine à faire danser les notes, à faire danser les interprètes, les auditeurs… c’est pas si mal.

Alors, on danse ?

Marc Ely

illustration-trio-sr9-alors-on-danse_1-1520330373

Lien

Site officiel du trio SR9

(biographie, discographie, infos diverses…)

https://www.sr9trio.com/

 

Vidéo

BACH au marimba (extrait)