FESTIVAL

RADIO FRANCE OCCITANIE MONTPELLIER

« Made in France »

ERIK SATIE / CLAUDE DEBUSSY

Gymnopédies n°1 et 3

CAMILLE SAINT-SAËNS 
Concerto pour piano et orchestre n°2 en sol mineur

ERNEST CHAUSSON
Soir de fête, poème symphonique
—–
EMMANUEL CHABRIER
Joyeuse marche
Bourrée fantasque

FRANCIS POULENC
Concerto pour 2 pianos et orchestre

MAURICE RAVEL
La Valse, poème chorégraphique

Orchestre national Montpellier Occitanie
Marzena Diakun  direction
David Kadouch  piano
Guillaume Bellom  piano

OPERA BERLIOZ/Le Corum

vendredi 13 juillet – 20h

DakWxGyW0AEzKlr

 

Made in France…

Premier concert « concertant » du festival, Made in France nous propose une plongée dans l’univers du génie musical français « dégagé » de ses influences extérieures. C’est du moins ce qu’ont voulu croire et essayer une, voire deux, génération de compositeurs. Cela sous la baguette d’une prometteuse (mais déjà reconnue !) cheffe polonaise, allure très romantique, une sorte de Chopin au féminin, svelte en pantalon, taille bien prise dans un spencer sombre.

Je ne dirai jamais assez que, malgré la généreuse idée d’aider Satie à sortir de la mouise, l’orchestration de Debussy affadit les Gymnopédies. Debussy y transporte son côté évanescent, rêveur et éthéré, au cœur de l’ironie sautillante, voire grinçante de Satie. Néanmoins belle prestation de l’orchestre sous la direction de “maestra” Diakun à la sensibilité évidente.

powazna_marzena_diakun_fot_lukasz_rajchert_770

Marzena Diakun

Le concerto n°2 de Saint-Saens, occasion pour David Kadouch de se laisser aller à un jeu viril, harmonieux mais très affirmé. L’orchestre, à côté, paraît un peu hésitant, quelques faiblesses !

La première partie s’achève sur une interprétation enlevée et dynamique du Soir de fête de Chausson.

Quand à la reprise, après nous avoir proposé deux pièces de Chabrier, gaies et entraînantes,  Joyeuse marche et Bourrée fantasque, elle nous a réservé deux belles surprises.

Une interprétation brillante, Kadouch  et Bellom remarquables, du concerto pour 2 pianos de Francis Poulenc. Les versants “moine” ou “voyou” du compositeur assurent un effet balancier entre musiquette de cirque et grande musique inspirée. Les deux pianistes, acclamés, ont offert au public le bis de la soirée, avec un des mouvements de la sonate à 4 mains de Poulenc (?).

Un final de haut niveau, même si on n’a jamais atteint le niveau dit de référence (Monteux ?), avec La Valse. Bonne compréhension des intentions du compositeur, ce « tourbillon fantastique et fatal », belle direction de Marzena Diakun qui, pour une première venue au Festival de Radio France et à la tête de l’ONMO, s’en sort avec les honneurs.

xDavid_Kadouch_ec9fab1063cb64bc7873d581c6051744.jpg.pagespeed.ic.fvJiq6ezj3

David Kadouch

Un bon concert dont le titre « Made in France » ne nous dit pas tout. Un Made in France, bien inscrit dans un XIXe finissant et le XXe s’installant, nous proposant un “cocorico” rafraîchissant !

Marc Ely

guillaume_bellom

Guillaume Bellom