PRINTEMPS DES COMEDIENS

Bruno Geslin – Derek Jarman

CHROMA

Avec : Emilie Beauvais, Nicolas Fayol, Olivier Normand, Benjamin Garnier, Alexandre Le Hong
Création musique : Mont Analogue
Création et régie son : Teddy Degouys
Création lumière : Laurent Bénard
Régie lumière : Claude Casas
Création vidéo : Quentin Vigier
Régie Vidéo : Jéronimo Roe
Images : Bruno Geslin, Nicolas Fayol, Quentin Vigier
Scénographie : Bruno Geslin
Construction et régie plateau : Jean-Paul Zurcher
Surtitrage et coordination générale : Paul Deleligne
Régie Compagnie : Emmanuelle Hertmann
Photos : Bruno Geslin

LE KIASMA – CASTELNAU-LE-LEZ

27 et 28 juin 20h30

CHROMA

CHROMA : d’ombres et de lumières !

Du théâtre, il y en a ; de la danse, il y en a ; de la comédie musicale, il y en a aussi… et pas que !

Face à CHROMA on se retrouve, bouche bée, émerveillé et incrédule, face à un O.A.N.I (Objet Artistique Non Identifié). Ce qui, en aucun cas, implique un jugement de valeur. Non identifié, mais pas non identifiable !

Trois acteurs, tour à tour, danseurs, acrobates, chanteurs, émouvants, comiques, provocateurs, discrets : Emilie Beauvais, Olivier Normand, Nicolas Fayol, de la « Grande Mêlée », un texte, celui de Derek Jarman, une mise en scène, une immersion, celle de Bruno Geslin. Je ne voudrais pas oublier les autres, tous ceux qui font la lumière, la musique, ces effets qu’on regarde ébahis mais qui, forcément, sont nés quelque part.

Et nous voilà embarqués pour un voyage, voyage dans un univers qui devrait être triste, sombre. Cheminement inéluctable de la perte de vue à la perte de vie et qui se révèle multicolore, joyeux

Avec CHROMA l’on découvre un tentative unique, un récit autobiographique porté par les couleurs. Ou plutôt par leur obsolescence programmée : Red, Blue, Yellow, Green, Black and White, autant d’aides mémoires… pour le cas où !

Dérision, humour, optimisme :  » A l’hôpital les médicaments sont exquis… j’ai beaucoup de chance »

Dérision, provocation : « Je suis un non-gay !  »

On touche à tous les genres, de la quasi opérette à la danse, du disco au théâtre, du comique au dramatique, du cirque au…

CHROMA

Normal, il s’agit de la Vie. La vie ne fait pas de distingo.

Les souvenirs s’imposent, vont et viennent : souvenirs d’enfance, de jeunesse, d’un voyage à Delphes  » Il est si beau l’aurige ! » avec bain dans la « source sacrée », souvenirs d’ hôpital, souvenirs artistiques et… puissante envie de vivre.

Lorsque dans le tableau de l’ophtalmo s’imposent : Love Me, Tender But, Fuck Me… ce ne sont pas que des mots !

La vision s’enfuit mais les couleurs reviennent lorsque Derek les convoque. Pourtant le gris, le noir et blanc, le trouble, gagnent le plateau, alors, feu d’artifice, stroboscope et roues colorées….

C’est à la fois une plongée dans le dark, la désespérance, mais aussi une explosion de vie, de bonheur et de poésie.

Clins d’Oeil à Pierre et Gilles avec char bollywoodien et Diva excentrique dans un Rule Britannia déjanté que n’aurait pas boudé la Castafiore.

Pour en finir laissons la parole à Bruno Geslin : « J’ai mis assez longtemps à construire ce spectacle. A l’image même de Derek Jarman, ce que j’avais envie de construire, alors que c’est quelqu’un qui perd la vue, la vie, alors que c’est un sujet grave, il fallait transmettre avant tout de la vitalité du désir, de se battre et d’avancer. Et Chroma s’est construit comme une célébration de la vie. À chaque page dans ce dernier récit, il y a toujours ça, cette élégance où on te fait partager quelque chose sans te le faire porter. »

Une belle soirée, les grincheux oubliés, un adjoint à la culture heureux, un directeur de salle aux anges, un directeur de festival souriant… et un raton laveur (retenu, ce soir là) ! Une première Kiasma + Printemps des Comédiens : prometteuse ma Chère… mais oui, mais oui !

Marc Ely

 

KIASMA

Rue de la Crouzette

Castelnau -le-Lez