PRINTEMPS DES COMEDIENS – 2018

1 au 30 juin

Conférence de Presse

23 mars – Bistrot d’O

Un programme attaquant par un Procès… et s’achevant sur ça ne se passe jamais comme prévu a , forcément, un petit côté provocateur !

240-Printemps-des-Comediens-2018-Montpellier_focus_events

Le Bistrot d’O, toujours accueillant, transformé ce vendredi matin en une salle de conférence où se pressent les représentants des médias montpelliérains, mais aussi les principaux acteurs de la Culture de la Métropole. Une table officielle, symbole de sérénité retrouvée, accueillant coude à coude responsables de la Métropole, du Département, de la Région, de l’Etat, autour de Jean Varela, directeur du Printemps.

pdc1

Jean Varela excuse, tout d’abord, Jean-Claude Carrière absent pour la présentation mais qui sera bien présent le 24 juin pour sa lecture de Chateaubriand, avec des textes méconnus et franchement comiques.

Il insiste sur “ce qui nous rassemble : la culture et la création” et se réjouit que le Printemps soit toujours un élément de la filière culturelle, conduisant de l’école, telle l’ENSAD, à la création, en passant par le CDN.

Macbeth sera très présent, cette saison, et dans deux versions : Mr and Mrs MacB de Stuart Seide (dans 4 x 10) et le Macbettu, une figure sarde.

De la Sardaigne on sautera vers Naples avec Emma Dante et La Scortecata (d’après G. Basile). Viendra ensuite l’Espagne de Garcia Lorca avec une version épurée de Bodas de Sangre. Denis Podalydés nous offrira sa relecture de Marivaux, Les triomphes de l’amour, moins léger qu’il n’y paraît. Autre temps fort, le retour de l’homme-théâtre, l’ébouriffant, Philippe Caubère, avec Adieu Ferdinand et le Bac 68.

pdc3

Le faiseur de théâtre d’André Engel, d’après Thomas Bernhard, nous plongera dans un univers de mots mégalos, désespérés, méchants, à la démesure de Th. Bernhard.

Le théâtre Polonais, victime d’un régime tyrannique, s’invitera avec une œuvre redevenue actuelle, Le Procès de Kafka, regard sur la situation des artistes en Pologne. Avec On s’en va, retrouvailles de l’israélien Hanokh Levin et du polonais Krzysztof Warlikowski, un grand auteur et un grand metteur en scène.

Une surprise avec une “série”, un “feuilleton”, Les trois mousquetaires, présenté en 3 saisons ou en une intégrale de 7 h !

Reprise heureuse de La conférence des oiseaux, de Jean-Claude Carrière, créée en 1979 avec Peter Brook.

A ce premier corpus du Printemps, que l’on pourrait intituler l’état du Monde, succédera une deuxième livraison plus intimiste.

Festen, de Thomas Vinterberg et Mogens Rukov, 100 mètres papillon, rencontre improbable avec un nageur-acteur ou le contraire, Mon grand-père, Traversée, Hate, surprenant duo entre L. Dosch et son cheval.

Et pour finir sur un constat, Ca ne se passe jamais comme prévu, de Tiago Rodriguez avec l’école de Lausanne.

Le cirque ne sera pas oublié avec Humans de Circal’homme cirque de David Dimitri, la performance de Yoann Bourgeois et toujours le partenariat des Arts du Cirque Balthazar.

Il faut noter, encore, la collaboration avec l’association ADAGES et surtout l’ouverture large vers le monde extérieur :

  • Avec la Gazette pour Warm Up,
  • avec le Kiasma de Castelnau le Lez pour Chroma,
  • et avec l’Opéra de Montpellier pour Italienne.

Un programme riche, des spectacles forts, de nombreuses créations ou recréations, voila un prometteur 32e Printemps des Comédiens, le premier avec la Métropole aux manettes avec, tout de même, une forte implication du Département.

Marc Ely

Vous retrouverez le programme et les informations utiles sur :

https://www.printempsdescomediens.com/wp-content/uploads/2017/12/programme-web.pdf

 

pdc2

Théâtre Jean-Claude Carrière, amphi d’O

Rue de la Carriérasse – Montpellier