GALERIE ANNIE GABRIELLI

« CONTES SAUVAGES » d’Elia Pagliarino

Vernissage le 26 janvier

Exposition du 27 janvier au 17 mars

ep17

Des espèces en voie d’apparition aux contes sauvages… un voyage dans l’univers d’Elia Pagliarino !

Pourquoi existe-t-il des artistes dont l’univers nous envahit au point d’avoir l’impression qu’il est un reflet de nos propres mondes intérieurs ?

Avec Elia le courant passe et immédiatement. Une rencontre autour d’une œuvre et d’une idée, celle de la contribution apportée par le créateur à la reconnaissance de nos différences mais aussi un signal d’alarme pour nous tous, humains du XXIe siècle. Savons nous où nous allons lorsque nos expériences, nos « jeux » avec la génétique, les sciences de la vie, nous entraînent vers des frontières dangereuses. Pourtant nous avons une Histoire, faites justement de toutes nos différences, de la richesse qu’elles apportent. Les BALISES forment une chaîne de témoignages, tissant un maillage invisible entre civilisations et cultures, des plus lointaines aux plus proches. Entre ses CONTES SAUVAGES et la belle utopie des ESPECES EN VOIE D’APPARITION Elia Parigliano s’invente, nous invente, un monde où le vivant doit absolument conserver sa place et où, histoire après histoire, se construit un nouveau récit de l’humanité, une nouvelle Genèse.

epo4

Sans peut-être le savoir, sinon intuitivement, l’artiste s’inscrit dans une grande tradition chamanique et n’est pas si éloignée des croyances véhiculées par les druides, ces « sages » dont, encore aujourd’hui, les connaissances restent énigmatiques. Il y a un cousinage certain entre les hybrides, superbes et raffinés, nés sous la plume et de l’imagination d’Elia et le « Dieu » de Bouray, l’homme à l’oreille de cervidé et les nombreuses représentations de Cernunnos, divinité (?) celte à la ramure de cerf !

Quelle belle invitation à la découverte, également, que les BALISES, vases majestueux aux courbes sensuelles et à la glaçure immaculée, renfermant, comme dans une bouteille à la mer, le récit (authentique) qui a présidé à leur décor.

Un art abouti, un travail de « bénédictin » pour une œuvre originale porteuse d’un message d’amour de la nature, de l’humanité et d’espoir, voilà le sentiment que me laissent cette exposition et cette rencontre.

epo16

Une envie, celle de convier le plus grand nombre à se rendre à la Galerie Annie Gabrielli pour voir et ressentir, à leur tour, la force et la qualité d’une artiste qui, dans tous les cas, ne peut laisser indifférent !

Je laisse à Elia Parigliano le mot de la fin et une petite lucarne ouverte sur ses mondes intérieurs :
« Bien sûr, mes détournements étranges extrapolent l’idée de l’hybridation, mais si j’en use, c’est pour travailler l’esthétique de la métamorphose, pour réveiller autant notre émerveillement enfantin que nos inquiétudes contemporaines. Les Contes Sauvages portent en eux la fantaisie des contes populaires, mais ils s’inspirent aussi d’un présent expérimental, celui des recherches sur la génétique et le transhumanisme. »

Marc Ely – 2018

Sur la page FB d’IDHERAULT vous trouverez un petit album-photo des œuvres exposées.

 

epo3

 

LIEN

Site d’Elia Pagliarino

http://paglia.e-monsite.com/pages/pagliarino-peintre-et-sculpteur.html

VIDEO

Les Contes Sauvages

GALERIE ANNIE GABRIELLI

33 Avenue François Delmas – Montpellier

« CONTES SAUVAGES » d’Elia Pagliarino

Exposition du 27 janvier au 17 mars