LES IMMANQUABLES D’ART MONTPELLIER 2017

Figuration libre à la GALERIE AD

Pour cette 1ère édition d’Art Montpellier, AD Galerie a choisi de mettre en avant la figuration libre, une peinture qui se caractérise par le non-respect de règles classiques, l’utilisation de matériaux divers et de couleurs discordantes, avec un focus sur ses artistes historiques.

Robert Combas : Sa peinture est faite de libertés, elle parle de la société, de la violence, de la sexualité, de la souffrance des gens, de leurs petits bonheurs, de leur petitesse, de leur grandeur…
Elle s’inspire du rock dont l’artiste est un fin amateur, des images populaires, des livres d’enfance, des manuels scolaires de tout ce qui fait une culture populaire accessible à tous.

Hervé Di Rosa : L’artiste, qui a ouvert la voie à des modes d’expression marginalisés, s’inscrit dans l’actualité de son temps avec un style coloré, graphique avec une peinture qui fait référence aux arts populaires. Il revendique son appartenance à une culture urbaine de masse, une culture populaire qu’il enrichit de son expérience personnelle, une peinture de libertés.

Rémi Blanchard : Sa peinture s’inspire notamment de ses souvenirs d’enfance, de famille nombreuse, de vacances. Forte d’une iconographie animale, sa peinture évolue ensuite progressivement vers une imagerie populaire et poétique. Sa palette de couleurs pures et vives dégage un grand amour de la vie et le plaisir de la peindre.

François Boisrond : Il peint des toiles figuratives, représentations du quotidien, paysages urbains, mais aussi portraits et autoportraits, de manière épurée et colorée. Il s’intéresse également au quotidien dans ce qu’il a à nous donner visuellement, publicité bien sûr mais aussi vitrines de magasins, jeux vidéo ainsi qu’aux affiches.

LES IMMANQUABLES D'ART MONTPELLIER 2017

Supports/Surfaces par la Galerie CLÉMENCE BOISANTÉ

Si supports/surfaces n’est pas le dernier mouvement pictural français, il est considéré comme le dernier d’avant-garde. A la fin des années 60 se développent en France de nouveaux questionnements sur le statut de la peinture et sa pratique : les composantes académiques du tableau sont revisitées, Daniel Dezeuze libère le châssis de la toile pour le présenter de manière indépendante, et le geste, la main guidant le pinceau est écartée au profit du pliage, agrafage, découpage… Les titres disparaissent, Claude Viallat numérote ses œuvres et le sujet est évincé au profit d’une mise en exergue du travail et du processus de fabrication.

Ce furent les années 60 et le début des années 70. Le contexte politico culturel était à la révolte, au vent nouveau, contexte favorable à la constitution du mouvement qui rejetait la vision romantique de l’artiste et la sacralisation de l’œuvre d’art.

À l’occasion d’Art Montpellier, la galerie Clémence Boisanté a choisi de mettre à l’honneur les artistes de supports/surfaces attachés à notre région en opérant une sélection d’œuvres anciennes et actuelles de certains de ses fondateurs. Cette exposition, sans vocation d’exhaustivité historique invitera le visiteur à une plongée dans l’histoire du mouvement, mis à l’honneur en ce moment au Carré d’art de Nîmes pour redécouvrir la production actuelle de ces artistes français majeurs.

LES IMMANQUABLES D'ART MONTPELLIER 2017

Sculpture et Lumière de Chappert-Gaujal présentée par CASTANG-ART-PROJECT

L’artiste aborde le champ de l’art contemporain selon des rituels qui lui sont propres : semblable à un équilibriste, il nous invite à la frange du laboratoire et du terrain de jeux.

S’adossant à une plateforme d’expression questionnant en permanence nos traces et les témoins usés de notre activité, Patrick Chappert-Gaujal insuffle une vie nouvelle aux vestiges débusqués qu’il rassemble et collectionne dans ses ateliers. Rejoués, remodelés et transposés, ils forment alors un vaste corpus d’œuvre en perpétuel renouvellement. Patrick Chappert-Gaujal vit et travaille sur la côte d’Occitanie.

Peinture contributive par YANN DUMOGET

YANN DUMOGETEn partenariat avec l’association Art et Entreprises, l’artiste Yann Dumoget proposera pour le vernissage et la soirée du jeudi deux actions performatives de peinture contributive.

Il s’agira pour les visiteurs d’intervenir sur de grandes peintures de l’artiste afin d’y mettre une touche finale à l’aide de petits feutres indélébiles. Permettant ainsi à chacun de laisser sa trace et d’être non seulement spectateur, mais acteur de l’événement, l’accumulation des contributions laissera peu à peu apparaître une véritable photographie picturale d’Art Montpellier, donnant à voir la richesse et la diversité de ses intervenants.

Les peintures proposées font partie de la série « Avec de vrais morceaux de gens à l’intérieur » qui, une fois enrichie par les interventions du public, sera exposée à l’Espace Dominique Bagouet de la ville de Montpellier à partir de septembre 2018.

Né en France en 1970, Yann Dumoget vit et travaille à Montpellier. Ses œuvres sont présentées dans des galeries et centres d’art en France et à l’étranger.

En savoir plus : www.yann-dumoget.com/peintre/collectionner-les-gens

Une collaboration : la naissance d’une collection

Maxime Lhermet est un artiste peintre contemporain de la région de Montpellier. C’est parce que chaque véhicule historique est une œuvre d’art, qu’Alliance Classic et Maxime Lhermet se sont associés pour créer une collection de capots peints en
accord avec chacun des véhicules de la flotte Alliance Classic.

Alliance Classic est une filière d’Alliance Auto située à Mauguio. Elle offre une multitude de services à la carte pour trouver et restaurer les voitures anciennes dont rêvent tous les collectionneurs.Cette société propose également de garder ces voitures à l’abri des regards et du temps. Plus encore, de les préparer pour rouler sur circuit ou pour se présenter à un concours. Le résultat est un mélange de passion, d’art et d’histoire.

maxime lharmet

La ville de Sète présente JEAN DENANT

Enfant de Sète, diplômé des Arts Appliqués et de l’école supérieure des Beaux-Arts de Toulouse, c’est depuis son atelier de l’ancien collège Victor Hugo mis à disposition par la Ville de Sète, que Jean Denant construit et «déconstruit», entame des
chantiers, met en place des situations et ouvre des failles.

Aux frontières de la peinture, de l’architecture, du design ou encore de la sculpture, cet artiste complet développe une pratique plurielle posant la question des matériaux, des gestes laborieux et des identités. A seulement 38 ans, il s’inscrit dans la lignée des grands artistes sétois, dignes représentants du foisonnement culturel de l’île singulière, et voit son travail largement diffusé en France et à l’étranger avec des expositions à Paris, Berlin, Bruxelles, Barcelone, Genève, ainsi que sur la scène artistique de la jeune création internationale avec des projets en Russie, en Chine, aux Emirats Arabes Unis, ou bien encore en Corée.
Déjà reconnu dans le monde de l’art, représenté par la galerie Anne de Villepoix à Paris et la galerie Rocio Santa Cruz à Barcelone, il fait partie de nombreuses collections prestigieuses publiques et privées telles que la Fondation Carmignac, le Royaume de Belgique, la Fondation Liedts-Messen, le FRAC Languedoc-Roussillon, la fondation Villa Datris etc.

Fort de la politique de soutien à la création portée par la Ville de Sète, qui lui commanda en 2014 «La Traversée», il est remarqué au plus haut niveau de l’Etat et son œuvre « Mare Nostrum » est choisie par le président de la République François Hollande pour être offerte au roi du Maroc Mohammed VI en marge de le COP22 en 2016.

jean denan