L’Italienne à Alger

de Gioachino Rossini

Opéra bouffe en deux actes
Livret de Angelo Anelli
Création le 22 mai 1813 à Venise

Michael Schønwandt direction musicale

David Hermann mise en scène

avec Hanna Hipp Isabella * Alasdair Kent Lindoro Pauline Texier Elvira Burak Bilgili Mustafá Armando Noguera Taddeo Marie Kalinine Zulma Daniel Grice Haly

Chœur de l’Opéra national Montpellier Occitanie Noëlle Gény chef de chœur Orchestre national Montpellier Occitanie

Rifail Ajdarpasic décors Bettina Walters costumes Fabrice Kebour lumières

Coproduction Opéra National de Lorraine et Opéra-théâtre de Metz Métropole

Conférence de Damien Colas samedi 23 septembre 2017 à 18h30 salle Molière

Garderie musicale proposée sur la représentation du dimanche 1er octobre 2017

Rencontre avec les artistes à l’issue de la représentation dimanche 1er octobre 2017

  • Changement le rôle d’Isabella qui devait être initialement interprété par Carol Garcia sera chanté par Hanna Hipp

Mardi 26 septembre – 20h, vendredi 29 septembre – 20h et dimanche 1er octobre – 15h

Durée : 2h20 environ + entracte

Opéra Comédie

DP italienne

“Après la furie-magicienne Armida la saison dernière, voici une autre héroïne rossinienne dans une comédie des plus loufoques que Stendhal surnomma folie organisée et complète. En deux actes menés tambour battant, Rossini a ciselé de drolatiques ensembles et de tendres airs à son Isabella, prête à faire chavirer tous les hommes qui croisent son regard, y compris son fiancé Lindoro.

Côté mise en scène, David Hermann a imaginé un monumental dispositif scénique : un avion de ligne s’est écrasé en pleine forêt vierge, et la métaphore aéronautique se transforme sous vos yeux ébahis en gags désopilants, portant la direction d’acteurs à incandescence. Mieux qu’une farce, cette Italienne est un remède contre la grisaille !”

Hanna_Hipp_pc_Matthew_Plummer_a_300dpi NB

Hanna Hipp

L’italienne à Alger

Las de son épouse Elvira, Mustafá, bey d’Alger, ordonne à son capitaine des corsaires de lui dénicher une de ces Italiennes dont on vante tant les charmes. Ceci fait, il a prévu de marier son encombrante femme à Lindoro, jeune esclave italien qu’il retient en son palais. Le hasard fait échouer sur le littoral tout proche le navire d’Isabella, alors en quête de son fiancé disparu, Lindoro. Celle-ci est amenée de force par les corsaires à Mustafà, immédiatement conquis par sa beauté. Mais, le plan du tyran ne se déroule pas comme prévu. Isabella use de son magnétisme pour le mener par le bout du nez…

L’Italienne à Alger est une commande faite à Rossini par le Teatro San Benedetto, il a trois semaines pour composer ce nouvel opéra.

L’œuvre est créée le 22 mai 1813 et remporte un succès immédiat. Elle sera reprise dans toute l’Italie et fera connaître et apprécier Rossini dans de nombreux pays d’Europe. L’Italienne sera reprise en 1920 et restera au répertoire de tous les théâtres d’opéra.

Maîtrisant déjà à la perfection le modèle napolitain de l’opera buffa, Rossini en profite pour y intégrer une série d’effets qui, tout en servant le comique de l’œuvre, parodient et ridiculisent le genre de l’opera seria. Premières victimes de ces effets, le pathos amoureux et l’esprit patriotique. Les vocalises, quant à elles, illustrent déjà une distance prise par rapport à toute illustration d’un modèle psychologique, elles annoncent déjà cette abstraction qui sera la marque de l’écriture vocale de Rossini.

Avec ce bijou de virtuosité spirituelle autant que musicale, le compositeur ouvre la voie à ses Turc en Italie et autres Barbier de Séville encore à venir.

 

VIDEO

Montage de L’italienne à Alger à l’Opéra Comédie