Retour sur

LA REVOLUTION D’OCTOBRE

CHOSTAKOVITCH – Le Boulon, suite

GLIERE – Concerto pour colorature

PROKOFIEV – Octobre, cantate pour le 20e anniversaire de la Révolution russe

avec

Albina Shagimuratova, soprano

1454061267_a76dbb2a7135e029116a2ea48815a3d4

Chœur de Radio France

Orchestre Philharmonique de Radio France

Vladimir Fedosseyv, direction

Opéra Berlioz – Le Corum

20h

 

image-800x288

Quand la Révolution grondait…

Spectacle grandiose célébrant la grande Révolution russe d’octobre 1917.

Trois pièces musicales étaient inscrites au programme:

L’oeuvre satirique de Chostakovitch qui s’intitule  » Le Boulon« , relatant le sabotage d’une usine par un ouvrier paresseux.

Le « concerto pour colorature » de Gliere, interprétation très émouvante par la soprano Albina Shagimuratova, d’une véritable broderie vocale portée par une élégante ligne mélodique. Occasion d’effectuer une pause .

Après l’entracte , la deuxième partie de la soirée fut consacrée à la monumentale cantate « Octobre » de Prokofiev interprétée par un orchestre au grand complet, instruments à cordes et un maximum de cuivres, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, et un choeur mixte en grande formation, le Choeur de Radio France. C’est un véritable hymne à la Révolution sur un texte emphatique, composé d’extraits d’œuvres de Marx, Lénine et Staline.

J’ai particulièrement apprécié le petit air d’accordéon, instant de légèreté, avant que reprenne le déferlement des cuivres. Cette œuvre rare écrite durant la jeunesse du compositeur  nous fait découvrir un Prokofiev éloigné de ses œuvres symphoniques et musiques de ballets ( Pierre et le Loup, Romeo et Juliette, L’Amour des trois oranges, etc.).

Saluons le chef d’orchestre Vladimir Fedosseyev qui, à 85 ans, a dirigé de main de maître ces lourdes formations musicales devant un opéra Berlioz empli de spectateurs enthousiastes, qui  ont su exprimer leur plaisir en lui réservant une véritable ovation.

(YJ pour IDHERAULT.TV)

 

Vidéo

GLIERE : Extraits du « Concerto pour colorature » par Anna Netrebko (2003)