« Les âmes perdues »

Christophe Panzani, saxo tenor

Yonathan Avishai, Edouard Ferlet et Tony Paelman, pianos

Amphi d’O – 24 juillet – 22h

a1910890003_10

Voyage au pays de la Note Bleue…

Errance musicale, le saxo de C. PANZANI se promène autour des mélodies lancées par le piano, véritable travail de broderie. Trois pianistes, Yonathan Avishai, Edouard Ferlet et Tony Paelman, trois sur les sept avec lesquels, à tour de rôle, Christophe Panzani a enregistré son dernier album Les âmes perdues. Après le clin d’œil de Die Grünen Bohnen (les haricots verts), les morceaux joués, saxo ténor et piano (s), reprennent le sommaire de l’album. Seuls Atalante et le premier morceau donné en bis (une création nouvelle de CP) n’y appartiennent pas. Humour de Christophe, expliquant, présentant et ne se prenant au sérieux qu’au moment d’emboucher son instrument !

616ZEYWN94L._SX522_

A première vue ce concert n’est constitué que d’une succession de musiques à connotations nostalgiques, à la Victor Lazlo, évidemment classables sous le vocable de musiques d’ambiance. Il vaut mieux pourtant être prudent et y regarder à deux fois ! Traduire Eschyle, Sisyphe, Le Rêve d’Icare, peut-être « faut-il aller voir sur Wikipedia » mais, d’évidence, culture classique et jazz , chez C. Panzani entretiennent de bonnes relations. Il n’est qu’à regarder du côté du  Jardin aux sentiers qui bifurquent pour retrouver Borges, a qui est emprunté ce titre : simple mais pas Simpliste, ambiancé mais pas dans une atmosphère aseptisée ! Christophe Panzani, grâce à « ses » pianistes et à leurs pianos (Steinway D alternant ou en duo avec un piano droit) revisite le Jazz. Edouard Ferlet, pianiste de Jazz « à la française, Yonathan Avishai, Tony Paelman, complice habituel, autant de talents mais aussi d’approches différentes du genre : brillant, intimiste, puissant, technique, réservé. Il y a pour tous les goûts.

Panzani┬®AcAlvoet2016-3

Panzani et Paelman (dessin de Annie Claire Alvoet)

Côté public cela prend, ou pas ! Réflexion entendue, à quelques mètres derrière moi : « Il fait trop d’humour et parle trop !« . Les puristes s’en mêlent et certains n’attendant pas la fin commencent à sortir lors du bis, Etrangement calme, un morceau intéressant de l’album ! Triomphe, tout de même… toute la salle est loin d’être sortie !

La rencontre informelle avec C.Panzani et « ses » pianistes, à l’issue du Concert, est plutôt exemplaire. Comme toujours, chez les vrais artistes, un échange vrai marqué par simplicité, naturel, disponibilité !

Une soirée de plus à marquer d’une pierre blanche !

C.-PANZANI

 

Vidéo

« Les âmes perdues »

 

Trailer

(5mn 16s, certes… mais allez jusqu’au bout. Un pur instant de bonheur)