OCCITANIA BOULEGA TI

Exposition OCCITANIA BOULEGA TI à la Galerie Dupré & Dupré – Béziers du 15 mai au 15 juillet 2017

” OCCITANIA BOULEGA TI “

Vernissage le 13 mai à partir de 18:30

Dupré & Dupré Gallery a le plaisir de présenter les œuvres de Ben dont la notoriété fut acquise auprès du public dès la fin des années 1960.

Créateur infatigable, provocateur et mégalomane, joueur de mots dont la légendaire écriture enfantine ronde et blanche a fait son succès, Benjamin Vautier, dit Ben, est aussi un militant convaincu de la cause « ethniste » et particulièrement de l’Occitanie.

Le temps d’une exposition “Occitania boulega ti”, rassemblant en partie ses tableaux en Occitan, la galerie de Béziers deviendra d’une certaine façon le “chef-lieu artistique” d’Occitanie.

Accompagné de 8 artistes originaires du Territoire Occitanien ayant réalisé des œuvres autour de ce thème. Mêlant sculptures, peintures, dessins et performances.

Artistes invités autour de la « chose » occitane avec Ben :

  • Fabien Boitard
  • Ursula Caruel
  • Claudie Dadu
  • Thierry Lagalla
  • Lionel Laussedat
  • Mohamed Lekleti
  • Nicolas Rubinstein
  • Lionel Sabatté

BEN

ben

Ben né Benjamin Vautier le 18 juillet 1935 à Naples, est un artiste français d’origine suisse.

Appartenant à l’avant-garde artistique post-moderne, Ben appartient au groupe Fluxus et est proche du Lettrisme. Il est un artiste reconnu pour ses performances, installations et écritures.

S’inscrivant dans le contexte post-duchampien, et influencé par John Cage, George Maciunas, Dada et Isidore Isou, posant la question «Que faire après Duchamp?», Ben choisit pour atelier le monde entier. De 1963 à 1967, il écrit dix films conceptuels. Le premier était une déclaration-affiche collée sur les murs de Nice et de Cannes au moment du Festival de Cannes.

ben

Les écritures : En 1953, sa première peinture de mots semble être «Il faut manger. Il faut dormir», simple affirmation de la vie. Cette simplicité véhicule cependant un concept fort : Ben produit un art de l’idée, bien avant le début de l’art conceptuel tel qu’il est défini dans la plupart des livres spécialisés. Ben cherchait à l’époque de nouvelles formes artistiques, pour parler de l’art et du monde de l’art. Il a ensuite développé à travers ses écritures des thèmes nombreux et variés (l’ego, le doute, la mort, le sexe, la nouveauté, l’argent…). Les phrases que Ben écrit peuvent être des vérités, des commentaires (sur le monde, l’actualité), des scénarios, des invectives (au public, au monde de l’art), des constatations… Apparaissant brusquement dans le champ visuel du spectateur, elles arrachent un sourire, et donnent souvent matière à penser. Ben a pu faire connaître cette partie de son œuvre auprès d’un très large public notamment grâce à leur reproduction sur divers supports destinés aux étudiants tels que des agendas, des stylos, des trousses1…

La signature : Il commence à signer en 1958 : des tableaux, des gens, des photos. Ben se dit alors que si l’art n’est qu’une question de signature, alors pourquoi ne pas faire un tableau avec juste sa propre signature. Travaillant sur les concepts du moi, de l’ego et de l’identité de l’artiste, Ben, « semble dire qu’étant donné que, pour le public, l’art est synonyme de la signature de l’artiste, plus elle est visible, plus c’est cette œuvre que le public voudra. {…} En même temps, Ben parle de l’ego/moi et de l’importance de l’autoréférence en art, de l’exploration du moi et de l’ego – à la fois subjectivement et en tant que sujet. » Son manifeste « Moi Ben je signe » en 1960 montre la radicalité de sa démarche.

Les gestes / Actions : Terre à terre, les gestes de Ben se rapprochent des events de George Brecht. Ils sont appelées également « actions ». Ses premiers gestes datent de 1960, théorisés dans le cadre de ce qu’il appelle des « appropriations ». D’abord peu documentés, ils sont ensuite photographiés et titrés, sur un support le plus souvent noir, avec une description succincte. Ces gestes donnent à voir de petites actions a priori banales, quotidiennes, peu spectaculaires, que Ben met en avant, dans un esprit Fluxus.

Les performances :  «La vie ne s’arrête jamais» est une des phrases de Ben. Rejouant les codes des happenings et performances développés aux États-Unis dans les années 1950 (Black Mountain College, Allan Kaprow), Ben mêle vie et art à partir des années 1960 pour produire des performances appelées «Vomir», «Hurler», ou «Dire la vérité», qu’il réalise près de son magasin rue Tonduti de l’Escarène ou dans les rues de Nice, prévenant ou non le public.

LA GALERIE DUPRE & DUPRE

Galerie d’art actuel, ouvert en 2014 à Béziers, Dupré & Dupré Gallery a pour but la promotion et la diffusion d’artistes de la scène contemporaine française et internationale en y associant des regards croisés avec la scène locale. Fabrice Delprat s’engage à y montrer une nouvelle génération d’artistes d’horizons variés qui rencontrent sa sensibilité. Dont cette nouvelle vague d’artistes utilisant des matériaux modestes, non conventionnels ou de recyclage, parmi les plus originaux de l’avant-garde plastique. Sa programmation est ouverte et multidisciplinaire (peinture, dessin, sculpture, photographie, vidéo, céramique, installation, performance…).

A travers des expositions personnelles ainsi que des expositions de groupes, la galerie est reconnue pour son engagement et son soutien envers des jeunes artistes qui bénéficient aujourd’hui d’une forte visibilité sur le territoire français et international.

La passion avec laquelle les artistes et les œuvres sont promus et défendus ont permis à certains d’entre eux d’entrer dans d’importantes collections publiques et privées : Frac Languedoc/Roussillon, Frac PACA, Fondation Blachère, Centre art Contemporain Walter Benjamin-Perpignan, Fondation Raja…

WWW.DUPRE-ET-DUPRE.COM

Galerie Dupré & Dupré
rue des Anciens Combattants 34500 Béziers

Heures d’ouvertures :
Du mardi à vendredi 14h30 / 19h
et le samedi 10h30 / 19h