743

LE MONSTRE DU LABYRINTHE

de Jonathan Dove

Jérôme Pillement : direction musicale

Marie-Ève Signeyrole : mise en scène et conception

avec

Lucie Roche : la mère de Thésée

Philippe Estèphe : Dédale

Miloud Khetib : Minos

Damien Bigourdan : Thésée

et

Fabien Teigné : scénographie ; Philippe Berthomé : lumières

Vincent Recolin : chef de chœur Opéra Junior, chef de chœur Chœur Symphonique

Guillemette Daboval : chef de chœur Opéra Junior, chef de chœur Chœur du Minotaure

Sylvie Roux : chef de chœur Opéra Junior ; Marie Arnaud : chef de chant

Valérie Blanvillain : chef de chant, chef de chœur Chœur Universitaire

Jean-Michel Balester : chef de chœur Chœur du Minotaure

Galina Soumm : piano Chœur du Minotaure

Opéra Junior – Petit Opéra ; Opéra Junior – Classe Opéra ; Opéra Junior – Jeune Opéra

Chœur Universitaire Montpellier Méditerranée

Chœur symphonique de Montpellier Occitanie

Chœur du Minotaure

Orchestre national Montpellier Occitanie

Opéra Berlioz – Le Corum

21 et 22 avril

 

 

740

LE MONSTRE DU LABYRINTHE

ORIGAMI-NOTAURE !

Origami ! Marie-Eve Signeyrole, avec bonheur, a su jouer de cet art oriental tout au long d’ un opéra participatif dont le moins que l’on puisse dire est qu’il est peu commun ! Mise en espace réussie, avec des trouvailles de qualité. Le moment du choix des enfants à offrir au monstre est poignant, nous replongeant au cœur de tristes heures, quant au labyrinthe construit par les choristes, un très beau moment scénique. Cette triple commande du festival d’Aix-en-Provence, du Berliner Philharmoniker et du London Symphony Orchestra, passée à l’anglais Jonathan Dove, impliquait, un comédien, trois solistes et trois cents choristes amateurs. Valérie Chevalier, directrice générale de l’Opéra de Montpellier et Jérôme Pillement, directeur artistique d’Opéra Junior, ont pleinement démontré leur capacité à gérer cette mécanique « monstre », en réunissant, sur scène, près de 300 choristes.

 

741

 

 

S’inscrivant dans la lignée des grands opéras contemporains « Le Monstre du Labyrinthe est un parfait exemple de ce style si savoureux : conçu pour être interprété à la fois par des professionnels, des adultes amateurs, des étudiants et des enfants, l’opéra déroule une intrigue simple et prenante, dont la théâtralité est soulignée par un discours musical très parlant (Jonathan Dove l’a voulu “catchy”, accrocheur) ». « Exigeante pour les interprètes et très accessible à l’écoute, la partition fait la part belle au chant choral et ne craint pas d’utiliser, avec beaucoup d’effets, la parole scandée ou déclamée ». Les interprêtes sont inspirés, depuis Miloud Khétib, royal et impitoyable Minos, en passant par Damien Bigourdan, jeune et fougueux Thésée, Lucie Roche, émouvante mère du héros et Philippe Estèphe, Dédale résigné. Mais il convient de ne pas oublier les choristes, dont Jérôme Pillement a su magnifier les voix : « cet opéra a nécessité plus de rigueur puisque la majorité des participants était des dilettantes mais c’est avant tout une belle aventure humaine. Et un moment fort émotionnellement puisque tous mes petits d’Opéra Junior sont sur scène en même temps, pour la première fois ».

 

0114

 

La salle a répondu très favorablement à ce spectacle d’un genre nouveau et a longuement manifesté, par des applaudissements nourris, toute sa satisfaction.

Après quelques œuvres qui n’ont pas fait, malheureusement, l’unanimité, voilà un « Monstre » apportant une réponse encourageante pour l’avenir de l’OONM et de ses dirigeants. Un essai bien transformé !

 

739

 

clichés : Ugo Ponte et Vincent Beaume

 

Lien

OONM – Occitanie

http://www.opera-orchestre-montpellier.fr/evenement/le-monstre-du-labyrinthe

 

 

Vidéo

Répétitions à Montpellier