ENTRETIEN AVEC PHILIPPE DELTOUR avant le vernissage de son exposition

Exposition PHILIPPE DELTOUR
dans les médiathèques de Pézenas, Aumes, Caux, Saint Thibéry et Montagnac jusqu’au 31 décembre 2016
Captation réalisée en octobre 2016

PHILIPPE DELTOUR

Philippe Deltour est né en 1955. Il a été graphiste, publicitaire, professeur et surtout peintre, il a aussi tâté la sculpture, la photographie, l’écriture. À quarante ans il abandonne tout pour s’offrir la terre entière et chercher de nouveaux champs d’investigation créative. Ce choix était celui de l’insécurité, des remises en question permanentes. Pourtant, pour rien au monde il n’aurait fait marche arrière. Prendre conscience de ce qui nous entoure, c’est accepter qu’on n’est peut-être pas grand-chose, mais qu’on fait partie d’un tout. Et qu’on a tout en nous.

Cette quête ne l’aura finalement mené qu’en Afrique : Sénégal, Burkina Faso, Cap-Vert, Zanzibar… Il fait des rencontres, parfois intenses, parfois amères, il écrit, photographie, expérimente de nouveaux supports à sa peinture… et ne cesse de se poser la question, après Chatwin : « Qu’est-ce que je fais là ? » Au bout de trois années, au bout du monde, dans le sud de la France, il a trouvé une belle forêt, et au milieu une maison où poser les petits cailloux qu’il avait lui-même semés. Et il a constaté qu’ici comme ailleurs l’essentiel de la vie tient dans les rencontres. Depuis une dizaine d’années, il partage son temps entre son ermitage au creux de la forêt et le Maroc où sa peinture a séduit quelques importants collectionneurs.

« Le temps qui passe » est depuis longtemps le fil conducteur du travail de Philippe Deltour. Que ce soit au Sénégal, aux îles du Cap-Vert, au Maroc ou en France, c’est le quotidien des gens qui l’intéresse, particulièrement de ceux qu’on appelle les « petites » gens. Tenter de décrypter ces sillons que la vie a tracés dans les traits des visages. Comment elle a façonné les mains, pesé sur les dos, creusé ou alourdi les ventres. Ce qu’elle a à nous dire, cette vie, à dire à notre époque qui court au précipice… Depuis peu, renoncement, lassitude ou cheminement logique?, Deltour a commencé à se mettre à l’écoute d’autres anciens, bien plus sages que les hommes : les arbres.

Philippe Deltour

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/deltourphilippe/