THE KING OF THE KINGDOM

Retour sur THE KING OF THE KINGDOM par le Cie Bruitquicourt à Adissan – Novembre 2016

Retour sur
THE KING OF THE KINGDOM
Cie Bruitquicourt
Vendredi 11 novembre
Salle des Fêtes – ADISSAN

Dans sa tournée-reconquête le King, en cet après-midi de 11 novembre, a arrêté son royal parcours à Adissan. Accompagné de son chambellan, empressé et très informé des avancées sociales de notre temps, et de Conrad, un musicien faussement anglais, le King a su très rapidement se mettre à dos les « gueux » d’Adissan, l’essentiel de son auditoire.

Odieusement tragique, sournoisement pervers et doté d’un ego à la hauteur de son orgueil démesuré, le Roi n’a jamais réussi, ne serait-ce qu’un instant, à être crédible en apprenti démocrate. Chassez le naturel…

Tyrannique, tentant d’utiliser les « jeunes » pour lisser son image, c’est ce dinosaure, véhiculant tous les poncifs d’un pouvoir dictatorial ancré sur le seul « bon vouloir », que nous avons écouté, vu s’agiter et finalement disparaître, durant plus d’une heure !

THE KING OF THE KINGDOM

Spectacle baignant dans la mauvaise foi, le mépris de l’autre et les sentiments les plus bas et qui devrait être insupportable !

Voilà ce qu’aurait dû être notre réaction ! Par la magie du théâtre et le talent des membres de la Cie Bruiquicourt, ce fiasco politique s’est transformé en un « hénaurme » éclat de rire. Luc Miglietta, caricatural à souhait, arborant un masque tragique librement inspiré des grands souverains du répertoire, habite la démesure et achève, dans tous les sens du terme, son personnage. Assisté et mis en valeur par le jeu, subtilement discret, de son mignon chambellan, l’efficace Estelle Sabatier, et du pitoyable et « paumé » Conrad, l’excellent musicien et mime Emmanuel Valeur, le monstre va jusqu’au bout de ses fantasmes. Il n’en oublie pas un et la salle est secouée par de grandes rafales… de rire. Les tentatives de récupération de la population enfantine, le recours à des diversions, telle la galette à la fève mortelle, les grandes déclarations d’humanité, tout tombe à plat et rebondit sur une population hilare, osant même interpeller le royal orateur.

THE KING OF THE KINGDOM

Inconditionnel de son tyran, certainement en rupture de salaire, le Chambellan fait pourtant de son mieux, mais finit par tomber dans la rébellion ouverte, sollicitant l’aide de la foule. La punition sera à la hauteur du crime, la mort pour haute trahison. Perdu dans un rôle dont il vient d’hériter, le lunaire Conrad, fait de son mieux ! Affublé de divers épithètes, il devient même, injure suprême, un « intermittent du spectacle », qualificatif lancé par un King à bout d’arguments. Les tentatives, désespérées de « coup d’état », un petit passage sur le trône de Conrad, vite au fait des pratiques royales, laissent le King nu (ou presque) mais toujours en possession de son incontestable pouvoir de nuisance. Alors, lorsque se forme le peloton d’exécution du Chambellan, sous les ordres de Conrad, promu opportunément généralissime des armées royales, ce sera, bien sûr, le Roi qui tombera sous les salves de poireaux lancés par une foule excédée et surtout… au comble de la joie. Le tyran se meurt, le tyran est mort ! Percé de toutes parts par les mortels poireaux, il finit par s’écrouler, dérisoire pantin, sur les marches du trône !

THE KING OF THE KINGDOM

Est-ce à un sombre drame, issu du « Boulevard du Crime », que nous avons assisté, voire participé ? On pourrait le croire, les Adissanais, venus nombreux au meeting du King, y ont cru, eux, et par leurs applaudissements nourris ont apporté la preuve que l’on peut rire de tout ! Un grand bravo à Bruiquitcourt et ses trois héroïques acteurs, un grand merci à la municipalité d’Adissan, à Philippe Huppé son maire, pour leur choix judicieux, un grand applaudissement au public qui a joué le jeu, ri sans tenue et – du moins l’espérons nous – passé d’excellents moments en compagnie du détestable King !

Cet article, bien sûr, est à prendre au second, voire troisième degré, et n’appelle à aucune comparaison avec des situations ou des personnages réels. Si on croit y reconnaître certains acteurs de la politique actuelle, c’est une erreur… volontairement involontaire.

En attendant un retour prochain ( ?) à Adissan de la Cie avec un autre royal sujet, mais CHUTTTT !

Quelques clichés du spectacle :
Vous devez disposer d’un compte facebook
(cliquez sur l’une des photos pour l’agrandir) 

The requested album cannot be loaded at this time. Error: OAuthException Code: 10, (#10) To use 'Page Public Content Access', your use of this endpoint must be reviewed and approved by Facebook. To submit this 'Page Public Content Access' feature for review please read our documentation on reviewable features: https://developers.facebook.com/docs/apps/review.

L’ensemble des photos figurant sur cette page et portant filigrane www.idherault.tv ou philippe F sont librement partageables sur Facebook en l’état sous condition que soit précisé leur origine à savoir WWW.IDHERAULT.TV sous forme d’hyperlien et qu’elles ne fassent l’objet d’aucunes retouches, redimensionnement ou recadrages. Ces photos sont également téléchargeables et peuvent être utilisées sur tous types de sites internet, autres réseaux sociaux, blogs personnels ou associatifs sous réserve de respecter les conditions ci-dessus énoncées et que soit mentionné sous forme d’hyperlien l’origine des clichés utilisés, soit vers la page facebook soit vers le site internet WWW.IDHERAULT.TV

Tous les organismes, sites commerciaux ou institutionnels devront nous faire parvenir par l’intermédiaire de l’onglet contact du site ou en message privé facebook une demande préalable d’autorisation. Tout non-respect à ces règles pourra entraîner des poursuites aux termes de l’Article L 122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle.