Philippe Deltour

Exposition PHILIPPE DELTOUR dans les médiathèques de Pézenas, Aumes, Caux, Saint Thibéry et Montagnac jusqu’au 31 décembre 2016

Il est parfois dommage de manquer certaines expositions. Les motifs sont souvent multiples. Parmi les plus récurrents, l’endroit choisi pour accueillir les œuvres est souvent le principal. Dans ce cas précis, il est vrai que l’on peut s’interroger sur le choix d’une, ou plutôt de plusieurs médiathèques puisque cette exposition qui comprend une cinquantaine d’œuvres, dont les dernières du peintre se trouve répartie ou dispersée sur les médiathèques de Pézenas, Aumes, Caux, Saint Thibéry et Montagnac dans l’Hérault.

Une médiathèque n’est pas de loin le lieu le plus étudié pour contempler des peintures, hormis celles disposant de pièces spécialement dédiées telle celle de Sète ou à plus petite échelle celle de Florensac. Plus que de scénographie, on parlera d’accrochage du fait de l’exiguïté des locaux à disposition. Autant ce type de lieu peut attirer de jeunes artistes, il est beaucoup moins commun qu’un peintre reconnu internationalement comme Philippe Deltour ait accepté de se prêter à l’exercice. Pire, il le revendique ! Son analyse ou son constat sont sans appel. L’époque n’est plus où le public se déplaçait avec ferveur pour visiter musées ou galeries. Même si les endroits précédemment cités sont gratuits, ils n’attirent plus. Ce n’est plus le public qui doit aller à la rencontre de l’artiste, mais l’inverse. Et pour faire connaître son art (ou l’Art tout simplement), quel meilleur endroit qu’une médiathèque où tellement de personnes passent en permanence. La démarche se veut différente mais l’argument se tient.

Philippe Deltour

Certains esprits chagrins, dont bien naturellement ma triste personne, pourraient objecter que l’on ne découvre plus une exposition : on pioche ! Le trajet n’est pas balisé, on découvre au gré d’un pan de mur, d’une colonne, presque par hasard une oeuvre. Qu’importe selon Philippe qu’une seule ait été vue, elle a été vue ! Et qui sait, certains peut-être auront envie de découvrir les autres créations de l’artiste dans d’autres médiathèques. Dommage à ce sujet que des visites commentées, accompagnées, transportant le public en ces différents lieux n’aient pu être organisées. Mais nous parlons là de villages où les moyens financiers et humains sont faibles et d’une agglomération où Art et Culture sont loin d’être les préoccupations premières.

Et pourtant… Cette, ces expositions méritent réellement d’être vues. On y découvre presque toute l’oeuvre de Philippe Deltour et tout son potentiel créatif. Presque une rétrospective de ces différentes inspirations. Les peintures impressionnent par le maturité de leur créateur. Les thèmes sont certes variés mais l’on y retrouve toujours ce trait si particulier de Philippe. Si ces dernières créations, consacrées presque exclusivement aux arbres, nous interrogent ou nous charment, j’avoue avoir plus d’attention pour ces portraits. “Identité” exposé à Pézenas en est un merveilleux exemple.

Philippe Deltour

De même pour la série « L’avenir en friche ». Plus que de simples portraits de quelques personnalités de son village, il faut considérer chaque toile comme une pièce d’un puzzle, et c’est l’ensemble qui constitue un portrait, le portrait d’un pays en voie d’extinction. Figures de villageois, de paysans, symbole d’un passé aujourd’hui révolu. Symboles de ce “temps qui passe“, thématique si chère au créateur, face à ces arbres qui semblent presque nier l’impermanence des choses et des êtres. Deux aspects de la sagesse, celle qui passe au travers de ces visages, celle qui demeure en ces racines les plus profondes.

Philippe Deltour

Il serait vraiment dommage de ne pas découvrir ce trajet initiatique qui nous est proposé. Profitez-en pour découvrir de petites médiathèques et des villages où vous croiserez sans nul doute certains des personnages peints par Philippe Deltour.

Exposition jusqu’au 31 décembre 2016

Philippe Deltour

PHILIPPE DELTOUR

Philippe Deltour est né en 1955. Il a été graphiste, publicitaire, professeur et surtout peintre, il a aussi tâté la sculpture, la photographie, l’écriture. À quarante ans il abandonne tout pour s’offrir la terre entière et chercher de nouveaux champs d’investigation créative. Ce choix était celui de l’insécurité, des remises en question permanentes. Pourtant, pour rien au monde il n’aurait fait marche arrière. Prendre conscience de ce qui nous entoure, c’est accepter qu’on n’est peut-être pas grand-chose, mais qu’on fait partie d’un tout. Et qu’on a tout en nous.

Cette quête ne l’aura finalement mené qu’en Afrique : Sénégal, Burkina Faso, Cap-Vert, Zanzibar… Il fait des rencontres, parfois intenses, parfois amères, il écrit, photographie, expérimente de nouveaux supports à sa peinture… et ne cesse de se poser la question, après Chatwin : « Qu’est-ce que je fais là ? » Au bout de trois années, au bout du monde, dans le sud de la France, il a trouvé une belle forêt, et au milieu une maison où poser les petits cailloux qu’il avait lui-même semés. Et il a constaté qu’ici comme ailleurs l’essentiel de la vie tient dans les rencontres. Depuis une dizaine d’années, il partage son temps entre son ermitage au creux de la forêt et le Maroc où sa peinture a séduit quelques importants collectionneurs.

« Le temps qui passe » est depuis longtemps le fil conducteur du travail de Philippe Deltour. Que ce soit au Sénégal, aux îles du Cap-Vert, au Maroc ou en France, c’est le quotidien des gens qui l’intéresse, particulièrement de ceux qu’on appelle les « petites » gens. Tenter de décrypter ces sillons que la vie a tracés dans les traits des visages. Comment elle a façonné les mains, pesé sur les dos, creusé ou alourdi les ventres. Ce qu’elle a à nous dire, cette vie, à dire à notre époque qui court au précipice… Depuis peu, renoncement, lassitude ou cheminement logique?, Deltour a commencé à se mettre à l’écoute d’autres anciens, bien plus sages que les hommes : les arbres.

Philippe Deltour

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/deltourphilippe/

Quelques clichés de l’exposition :
Vous devez disposer d’un compte facebook
(cliquez sur l’une des photos pour l’agrandir)

The requested album cannot be loaded at this time. Error: GraphMethodException Code: 100, Unsupported get request. Object with ID '738212786329037' does not exist, cannot be loaded due to missing permissions, or does not support this operation. Please read the Graph API documentation at https://developers.facebook.com/docs/graph-api

L’ensemble des photos figurant sur cette page et portant filigrane www.idherault.tv ou philippe F sont librement partageables sur Facebook en l’état sous condition que soit précisé leur origine à savoir WWW.IDHERAULT.TV sous forme d’hyperlien et qu’elles ne fassent l’objet d’aucunes retouches, redimensionnement ou recadrages. Ces photos sont également téléchargeables et peuvent être utilisées sur tous types de sites internet, autres réseaux sociaux, blogs personnels ou associatifs sous réserve de respecter les conditions ci-dessus énoncées et que soit mentionné sous forme d’hyperlien l’origine des clichés utilisés, soit vers la page facebook soit vers le site internet WWW.IDHERAULT.TV

Tous les organismes, sites commerciaux ou institutionnels devront nous faire parvenir par l’intermédiaire de l’onglet contact du site ou en message privé facebook une demande préalable d’autorisation. Tout non-respect à ces règles pourra entraîner des poursuites aux termes de l’Article L 122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle.