MAIS IL FAUT BIEN VIVRE

MAIS IL FAUT BIEN VIVRE par la Cie Primesautier Théâtre au Théâtre Jean Vilar – Montpellier

MAIS IL FAUT BIEN VIVRE
Cie Primesautier Théâtre
Théâtre Jean Vilar – Montpellier
Mardi 10 mai – 20 h
2h15

« Quatre personnages en quête d’un auteur… »

Plus de deux heures de spectacle et, devant nos yeux, une performance.

Deux heures, durant lesquelles on a la sensation de voir naître, respirer, avec parfois des hoquets, une œuvre dont l’accouchement se passe en public.
Hoggart et la « culture du pauvre » comme viatique, nous voici en partance pour une grande aventure. L’aventure d’une triple action, celle d’une fiction dans laquelle interfère une série américaine, un de ces « soap » apprécié par la ménagère de cinquante ans, et la remise en question récurrente des acteurs, persistant à demeurer eux-mêmes. Des longueurs, quelques fois, des maladresses même, comme cette « blague à trois balles » : quelle différence existe-t-il entre un 69 et un 51, mais un souffle qui emporte l’adhésion. Mary, fragile et robuste à la fois, partagée entre l’homme avec qui elle vit, Albert, et celui qui suscite son trouble, Richard James. Kate, celle qui se promène dans les couloirs de l’hôpital mais qui dit des choses si vraies, si lourdes de conséquences. Nous étions venu dans cet hôpital anonyme voir la tante Annie et ce sont de grandes interrogations qui nous sautent au visage.

Bel exemple de ce théâtre qui se dit réflexif, l’œuvre issue du travail des quatre comédiens, avec la participation du sociologue Jean Constance, ne peut laisser indifférent. Virgile Simon est remarquable dans le rôle d’Albert. Léger, comique même, il sait aussi être émouvant, véhément, pathétique, tant son amour pour Mary l’amène à se dépasser. Jean-Christophe Vermot-Gauchy, avec le Docteur James, a moins de liberté de manœuvre. Le personnage est arrivé, il se doit d’être conforme à son image sociale. Protecteur, docte à la limite du pédant, il n’a pas être sympathique comme Albert et il y réussit. Quant aux deux filles, très à l’aise, elle sont une Mary et une Kate très convaincantes. Mary, allie à un bon sens populaire une sensibilité qu’Amarine Brunet rend à merveille et Fabienne Augié apporte à Kate son poids énigmatique, une dimension l’installant dans une posture inattendue de Sphinx.

MAIS IL FAUT BIEN VIVRE

Il ne faut surtout pas oublier la mise en scène et le décor. Epurés, minimalistes, il sont pourtant très présents et la place des 12 chaises est primordiales. Elles façonnent l’espace, rythment l’action, plus que des objets elles tiennent, elles aussi, leur rôle. Les éclairages, télécommandés pour la plupart par les acteurs eux-mêmes, assurent les liaisons, marquent les changements de plan. La présence d’un voile de scène, installant à certains moments une ambiance embrumée, un « fog » très londonien, vient opportunément nous rappeler que le plateau est un espace différent, découpé dans la « vraie vie », un « téménos » au sens antique du terme. Il est bon de ne pas l’oublier ! La mise en scène d’Antoine Wellens, intelligente et sachant se faire oublier, se complète harmonieusement par les lumières et la scénographie d’Elise Sorin, Mikaël Gaudé et Nicolas Buisson.

Quand au public, à chaud, ses réactions ont été parfois étonnantes. Les rires ponctuant certaines répliques, les remarques formulées à voix haute, marquent une incompréhension, une gène peut-être, mais jamais un désintérêt. A la sortie, les pas sont lourds, pour certains le retour à la réalité s’accompagne d’un temps de latence. Mais, il faut bien vivre… mission accomplie !

Nous attendons avec impatience le prochain rendez-vous, le 14, mai, samedi prochain, pour retrouver l’équipe de Primesautier théâtre, lors d’une étape de travail où sera présentée l’avancement de leur prochain spectacle, « le principe du truc « . Cette création collective, avec la participation des habitants du quartier, marque aussi la sortie de résidence de la Compagnie.

The requested album cannot be loaded at this time. Error: OAuthException Code: 10, (#10) To use 'Page Public Content Access', your use of this endpoint must be reviewed and approved by Facebook. To submit this 'Page Public Content Access' feature for review please read our documentation on reviewable features: https://developers.facebook.com/docs/apps/review.

L’ensemble des photos figurant sur cette page et portant filigrane www.idherault.tv, philippe F ou nativ’ sont librement partageables sur Facebook en l’état sous condition que soit précisé leur origine à savoir WWW.IDHERAULT.TV sous forme d’hyperlien et qu’elles ne fassent l’objet d’aucunes retouches, redimensionnement ou recadrages. Ces photos sont également téléchargeables et peuvent être utilisées sur tous types de sites internet, autres réseaux sociaux, blogs personnels ou associatifs sous réserve de respecter les conditions ci-dessus énoncées et que soit mentionné sous forme d’hyperlien l’origine des clichés utilisés, soit vers la page facebook soit vers le site internet WWW.IDHERAULT.TV

Tous les organismes, sites commerciaux ou institutionnels devront nous faire parvenir par l’intermédiaire de l’onglet contact du site ou en message privé facebook une demande préalable d’autorisation. Tout non-respect à ces règles pourra entraîner des poursuites aux termes de l’Article L 122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle.