Paraiso-Collecçao Privada - HTH

Retour sur Paraiso-Collecçao Privada à HTH – Montpellier Danse le 7 avril 2016

Retour sur Paraiso-Collecçao Privada

Chorégraphie de Marlene Monteiro Freitas

HTH – Montpellier Danse

Le 7 avril 2016- 20H

 

Avec : Yair Barelli, Lorenzo de Angelis, Marlene Monteiro Freitas, Lander Patrick, Andreas Merk

Musique : Marlene Monteiro Freitas (avec la complicité de Nosfell et Tiago Cerqueira)

Lumière et son : Yannick Fouassier

Recherche et image : João Francisco Figueira, Marlene Monteiro Freitas

Costumes : Marlene Monteiro Freitas

 

Paraiso-Collecçao Privada - HTH

 

Spectacle co-accueilli avec la Saison Montpellier Danse 2015-2016

HTH, ce 7 avril, 20H, un intense brouillard, une dense vapeur, envahissent l’espace scénique où l’on distingue des formes humaines, allongées, agitées de temps à autre de frémissements, de réactions spasmodiques. C’est ainsi qu’apparaît ce Paraiso, vu et conçu par Marlene Monteiro Freitas. Surprise, sensation d’étrangeté pouvant aller jusqu’au malaise, et pourtant envie d’en savoir, d’en apprendre davantage.

Nos yeux s’écarquillent et se perdent, face à ces corps mâles, savamment dénudés, aux ordres d’une maîtresse exigeante, toute à la fois veuve noire et sombre torero. Un éclairage, lumières jaunes baignant le plateau dans une atmosphère de quais de port du bout du monde , des mutations, des transmutations, durant lesquelles « el sueño de la razon produce monstruos (le sommeil de la raison engendre des monstres) », nous entraînent inexorablement vers un paradis situé au seuil des portes, largement ouvertes, d’un impitoyable enfer.

La danse devient primale, les corps lâchent la bride à leur animalité et un troupeau de porcs, grognant et couinant, laissent instantanément la place à des mustangs sauvages cavalcadant et sautant. Une lourde présence musicale au sein de laquelle fulgure une tonitruante toccata, remplacée par des accents lyriques et le charme encadré d’un sublime baroque. Vivaldi, Haendel, Purcell, Rameau, se mêlent aux rythmes carnavalesques, aux accents de l’électro et au refrain culte des Talking Heads, psycho-killer / qu’est ce que c’est, expulsé d’une voix jouissive par Andréas Merck.

Fascinés, nous regardons se défaire des harmonies impossibles où un air de cour, dansé avec componction, précède des ébats désarticulés. Les corps se déforment, des têtes apparaissent où se situaient des cous, de la matière verdâtre dégouline des bouches, largement ouvertes. Bouches hurlantes, béantes au-delà du naturel, bouches déformées accueillant harmonica et mini-maracas. Danseurs rendus au stade d’automates, marionnettes géantes tenues par d’invisibles fils qu’à distance torture et actionne la manipulatrice absolue, Marlene, « tendre et tyrannique » reine d’une humanité inachevée. « La chair est partout présente, elle suinte, se boursoufle ou se raidit, respire une vie protéiforme, qui touche à l’excès. »

Paraiso-Collecçao Privada - HTH

On passe de Jérôme Bosch à Orange Mécanique et c’est sans surprise que nous agresse la « Musique pour les funérailles de la Reine Mary », dans la version dérangeante de W. Carlos.

Les drogs de Kubrick arrivent sur scène et Andréas Merck pourrait bien être un cousin éloigné de Malcolm McDowell.

Et ce n’est pas la moindre des provocations de la chorégraphe que ce déjeuner sur cape de torero, jaune et rose, auquel elle fait participer le public en un acrobatique partage, parcours ambulatoire l’amenant à marcher sur les dossiers des fauteuils.

Nous sortons de l’épreuve lessivés, comme après un cent mètres, nous partageons l’état de fatigue et d’épuisement des performeurs.

Paraiso, une véritable collection privée, œuvre qui ne peut laisser indifférent, « une pièce à la beauté troublante, convulsive », à l’image de sa créatrice, personnalité dont l’empreinte marque et marquera durablement la danse contemporaine.

Quelques clichés du spectacle :

The requested album cannot be loaded at this time. Error: OAuthException Code: 10, (#10) To use 'Page Public Content Access', your use of this endpoint must be reviewed and approved by Facebook. To submit this 'Page Public Content Access' feature for review please read our documentation on reviewable features: https://developers.facebook.com/docs/apps/review.

L’ensemble des photos figurant sur cette page et portant filigrane www.idherault.tv, philippe F ou nativ’ sont librement partageables sur Facebook en l’état sous condition que soit précisé leur origine à savoir WWW.IDHERAULT.TV sous forme d’hyperlien et qu’elles ne fassent l’objet d’aucunes retouches, redimensionnement ou recadrages. Ces photos sont également téléchargeables et peuvent être utilisées sur tous types de sites internet, autres réseaux sociaux, blogs personnels ou associatifs sous réserve de respecter les conditions ci-dessus énoncées et que soit mentionné sous forme d’hyperlien l’origine des clichés utilisés, soit vers la page facebook soit vers le site internet WWW.IDHERAULT.TV

Tous les organismes, sites commerciaux ou institutionnels devront nous faire parvenir par l’intermédiaire de l’onglet contact du site ou en message privé facebook une demande préalable d’autorisation. Tout non-respect à ces règles pourra entraîner des poursuites aux termes de l’Article L 122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle.

 

Biographie

Marlene Monteiro Freitas est née au Cap Vert où elle a co-fondé la troupe de danse Compass. Elle a fait des études de danse à P.A.R.T.S. (Bruxelles), à E.S.D. et à la Fundação Calouste Gulbenkian (Lisbonne). Elle a travaillé avec Emmanuelle Huynn, Loic Touzé, Tânia Carvalho, Boris Charmatz, parmi d’autres. Elle a crée d’ivoire et chair – les statues souffrent aussi (2014); Paradis – collection privée (2012-13); (M)imosa (2011), une collaboration avec Trajal Harell, François Chaignaud et Cecilia Bengolea, Guintche (2010), A Seriedade do Animal (2009-10), Uns e Outros (2008), A Improbabilidade da Certeza (2006), Larvar (2006), Primeira Impressão (2005), des œuvres dont le dénominateur commun est l’ouverture, l’impureté et l’intensité. Elle a co-fondé P.OR.K, structure de production basé à Lisbonne.

 

Liens

HTH

http://www.humaintrophumain.fr/web/events/paraiso-coleccao-privada/

Marlene Monteiro Freitas (site en 3 langues)

http://cargocollective.com/marlenefreitas/marlene-monteiro-freitas-1

 

Vidéos

Paraiso