JE M’EFFORCERAI DE TE SUIVRE

Retour sur JE M’EFFORCERAI DE TE SUIVRE au Théâtre Jacques Coeur – Lattes

JE M’EFFORCERAI DE TE SUIVRE

Théâtre Jacques Cœur – Lattes

Jeudi 4 février – 21 h

« Configuration du dernier rivage, recueil de poésie de Michel Houellebecq édité en 2013, est le socle de ce travail, la matière inspirante de ce nouveau spectacle. »

JE M’EFFORCERAI DE TE SUIVRE

Être une voix, un corps, une main, un pas, un rire, un poème…

Être un petit chien blanc qui court sans se lasser

après la même branche,

Ou un vieux prêtre noir qui dit sans pleurnicher

la messe du dimanche :

Bref avoir une fois, minuscule ou sublime,

un ensemble de gestes

Comme une danse idiote, nous dirons le pas turc,

une danse modeste

Qu’on danse sans effort, minime apprentissage,

très peu de réflexion :

Atteindre le bonheur immobile et cyclique de la

répétition. 

  1. Houellebecq

Des textes de Houellebecq, une chorégraphie de Rita Cioffi, le tout baignant dans un environnement sonore, visuel et lumineux s’essayant à être différent, gageure à laquelle nous nous trouvons confrontés dès le début de la soirée.

Il pleut sur l’avant-scène, une joggeuse fait des tours de piste et, sobrement dévêtue, une belle femme, un peu mûre, nous dit des vers relayés par un micro pendu devant sa bouche !

Oscillant entre lyrisme classique et cynisme désenchanté, la poésie de Houellebeck crée l’atmosphère dans laquelle vient s’installer le trio des interprètes. Il y a la chorégraphe, danseuse au corps sec et nerveux, la comédienne, plus sensuelle, et l’homme, le troisième, modelant et modulant l’espace sonore et visuel.

Se laisser porter par la nostalgie mais aussi l’espérance qui transpirent de ces textes. Laisser à la danse, aux postures des corps, nous offrir l’apaisement. Les mots, hachés, les tronçons de phrase, qui défilent sur l’écran, en fond de scène, autant de repères, de jalons, vers le bonheur immobile. Que ce soient les accords lancinants, surgis de toute part, un « Elephant blues » jailli d’un « transistor », le slam improvisé sur des vers bien scandés ou la romance italienne, chantée à capella, la musique accompagne, la musique précède, la lente pulsation de  ces corps en devenir. Dérisoires machines les chiens robots vivent leur vie pendant que traversant l’espace les interprètes se cherchent, en d’incertains équilibres.

Dans une confrontation ou vie, mort, amour, sexe, se posent et s’opposent, la danse tient le haut du pavé. Elle aura le dernier mot, jetant de nécessaires ponts entre les êtres et ouvrant à la découverte du moi.

A la taille de Houellebecq, à sa démesure, à ses petitesses, ce spectacle offre la vie, la « possibilité d’une île » !

 

Biographies

Michel Houellebecq

« Ecrivain, poète, essayiste et romancier français. Il est, depuis la fin des années 1990, l’un des auteurs contemporains de langue française les plus traduits dans le monde. En parallèle de ses activités littéraires, il est également chanteur, réalisateur et acteur, s’illustrant notamment en 2014 dans deux films : L’Enlèvement de Michel Houellebecq et Near Death Experience. 
Il est révélé par les romans Extension du domaine de la lutte et, surtout, Les Particules élémentaires, qui le font connaître d’un large public. Ce dernier roman, et son livre suivant Plateforme, sont considérés comme précurseurs dans la littérature française, notamment pour leur description de la misère affective et sexuelle de l’homme occidental dans les années 1990 et 2000. Avec La Carte et le Territoire, Michel Houellebecq reçoit le prix Goncourt en 2010, après avoir été plusieurs fois pressenti pour ce prix ». Son dernier roman, Soumission, a été l’objet de polémiques, pourtant il s’agit d’une œuvre aboutie dans laquelle l’auteur se montre lucide et, finalement, optimiste.

Rita Cioffi

Après une solide formation de danseuse classique dans sa Rome natale, quelques expériences de théâtre et de cinéma et un séjour aux Etats-Unis, elle arrive en France et s’installe à Paris dans les années 80. Attirée par la danse contemporaine elle suit surtout les cours de Peter Goss et travaille avec la compagnie de danse baroque Ris et Danceries, mais aussi avec Paco Decina, tout en gardant des liens avec l’Italie et notamment le chorégraphe Enzo Cosimi.

Elle rencontre Dominique Bagouet en 1989 et intègre la compagnie au Centre National Cho-régraphique de Montpellier. Après la disparition du chorégraphe, elle préfère prendre un temps de réflexion qui la mène à la pédagogie ; elle travaille alors comme professeure invitée dans différentes structures et compagnies (CCN de Montpellier sous la direction de Mathilde Monnier, CDC de Toulouse, les Carnets Bagouets, les compagnies Découflé, Yvann Alexandre, Galili Dance aux Pays-Bas…). Elle anime également des ateliers pour l’association Via Voltaire destinée aux personnes en souffrance psychologique et sociale et intervient ré-gulièrement dans la transmission du travail de Dominique Bagouet.

En 1995, elle fonde la compagnie Aurelia et entreprend son propre travail chorégraphique avec la création de deux courtes pièces : « Le temps à peine d’une rose » et « Temps multi-tudes ».

Depuis elle se partage entre les activités de chorégraphe, d’interprète et d’enseignante et multiplie les rencontres et les partenariats avec d’autres artistes : Christian Trouillas, Julien Hamilton, David Le Polard, Claude Bardouil, Rinôçérôse, Maguelone Vidal, Franck Vigroux…

En 2013, aux côtés d’une quinzaine de chorégraphes travaillant dans la Région Languedoc-Roussillon, elle est interprète dans Mauvais Genre, d’Alain Buffard, où ce dernier « démulti-plie les lignes de tensions de (son solo) Good Boy (1998). »

Stéphanie Marc

Formée au théâtre universitaire de Montpellier, Stéphanie Marc a joué sous la direction de Eugène Durif et Catherine Beau, Alain Béhar, Jean-Marc Bourg, Dag Jeanneret, Denis Lanoy, Michel Froelhy, Jacques Allaire, Jean-Louis Hourdin, Frédéric Borie, Alain Béhar, Luc Sabot … … dans des textes de Eugène Durif, Jean-Luc Lagarce, Molière, Michel Foucault, Christine Angot, Shakespeare, Brecht, Jean-Yves Picq, Emmanuel Darley, Horvath, Heiner Muller, Jean-Pierre Siméon, Rémi De Vos… Elle a travaillé avec Claude Guerre à France Culture et avec l’Orchestre national de Montpellier dans le cadre de concerts éducatifs. Elle a mis en scène et interprété Marilyn Monroe/Entretiens d’après Michel Schneider, et Amore, Variétés spectacle musical.

Elle est actuellement en tournée avec le spectacle Occident, texte de Rémi de Vos mis en scène par Dag Jeanneret ; en création avec la chorégraphe Rita Cioffi pour Je m’efforcerai de te suivre (titre provisoire) , avec Jean-Louis Hourdin et Eugène Durif pour Le cercle des utopistes anonymes.

 

Liens

Site de Rita Cioffi

http://www.ritacioffi.com/

Site du théatre Jacques Cœur (ville de Lattes)

http://www.ville-lattes.fr/theatre.html

 

Vidéos

Teaser de « Je m’efforcerai de te suivre »