festival-radio-france-2015

Programme du FESTIVAL DE RADIO FRANCE 2015 ET MONTPELLIER LANGUEDOC-ROUSSILLON du 9 au 25 juillet

LE FESTIVAL DE RADIO FRANCE 2015

« 30 ans d’amour entre la musique et le public, le Festival et ses auditeurs ». Jolie phrase de Jean-Pierre Rousseau qui résume bien à elle seule toute l’énergie, la magie du FESTIVAL DE RADIO FRANCE. Trop longtemps synonyme de musique classique exclusivement réservé à un public d’élites, le Festival a su au fil des années imposer sa nouvelle image : celle d’un grand événement ouvert à toutes les musiques, tourné vers le monde, couvrant tout le territoire de cette région sans pour autant renoncer à l’extrême qualité de sa programmation.

Entre le 9 et le 25 juillet 2015, ce sont plus de 300 manifestations qui vont s’enchaîner à Montpellier et dans toute la Région Languedoc-Roussillon. Signalons que plus de la moitié de ces concerts sont gratuits ! De très belles surprises pour ce 30eme anniversaire, des artistes internationaux confirmés, de jeunes talents et beaucoup d’éclectisme dans les styles musicaux.

De Bédarieux à Lunel, d’Agde à Aumont-Aubrac, l’ensemble de la région Languedoc-Roussillon accueillera ce Festival. Nous vous laissons le soin de découvrir le programme complet en bas de cet article. Du fait de son envergure, pensez vite à faire vos choix et à réserver !

Site internet du FESTIVAL 

EDITO

La première fois, c’était l’été 1987. Tout jeune producteur de la Radio Suisse Romande, j’avais découvert le tout nouveau Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon, et interviewé quelques minutes le créateur du festival, l’impressionnant René Koering… Qui aurait pu penser que 27 ans plus tard, j’aurais à prendre le relais d’une personnalité qui n’a jamais hésité à bousculer, inventer, oser ?

Ce Festival, on l’aime pour cela : parce qu’on y entend ce qu’on n’entend pas ailleurs, parce qu’on y réalise quelques folies, parce qu’on est sûr d’y découvrir des talents, des partitions, des lieux, des moments inouïs. Et c’est comme cela qu’avec une équipe fantastique j’ai conçu cette édition 2015, ces « 30 ans d’amour » entre la musique et le public, le Festival et ses auditeurs.

Katia et Marielle Labèque, François-Frédéric Guy, Fazil Say, Piotr Anderszewski, Boris Berezovsky et ces cinq pianistes réunis par Philippe Cassard – Cedric Pescia, Nelson Goerner, Mūza Rubackytė, Andrei Korobeinikov et Dominique Merlet – pour un marathon pianistique comme seul le Festival est capable de l’oser – autant de nuances de blanc et noir. Les chefs de la génération montante, Domingo Hindoyan, Christian Arming, Patrick Davin, Paul Daniel, les fidèles de toujours, Friedemann Layer, Alexander Vedernikov, Hervé Niquet, balayant large, du Don Quichotte de Boismortier à la 9 symphonie de Beethoven, de Fantasio d’Offenbach à La Jacquerie, opéra oublié de Lalo, de la création du concerto pour piano de René Koering à la 5 symphonie de Mahler…

Les grands orchestres sont au rendez-vous : l’Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon qui ouvre et clôt cette 30ème édition, l’Orchestre National de France (le 19 juillet), l’Orchestre Philharmonique et le Chœur de Radio France (le 24 juillet), Sinfonia Varsovia, et pour la première fois l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine.

Et encore les «  Rendez-vous  » de musique de chambre de 18h, l’attrayante journée «  Génération 1985  » et les concerts Jeunes solistes de 12h30, et tous les concerts proposés dans toute la Région et dans chaque commune de la Métropole, les rencontres et conférences inaugurées l’année dernière avec un franc succès en collaboration avec le CNSMD de Lyon.

Plus de 200 manifestations dont 175 gratuites, à Montpellier et dans toute la Région Languedoc-Roussillon. Tout cela pour l’amour de la musique à partager ensemble ! On vous attend.

JEAN-PIERRE ROUSSEAU

DIRECTEUR DU FESTIVAL

 

 

Nous avions rencontré l’été passé lors de leur passage à Agde Anne Catherine et Hélène en charge de l’encadrement du spectacle de RADIO FRANCE.

Suivi d’un concert qui restera hélas unique sur une scène flottante qui trouvait là, enfin, une réelle utilité. Autant cette dernière n’est en rien propice aux concerts de variété du fait de son éloignement total par rapport au public, autant dans un répertoire classique, elle prenait toute sa place et sa dimension.

La preuve dans la vidéo suivante (même si le vent, cette soirée-là, n’était guère indulgent avec les choristes).