DEmi MOndaine en live au CHAT NOIR – Roujan

DEmi MOndaine
Genre : Rock
Influences : Patti Smith, Ramones, Brel, Barbara, Gunclub, Iggy Pop
Originaire de : PARIS (75)
Membres : B. (singer), Mystic Gordon (guitar), Sarah (bass), Zoé (drum)
Retrouvez les : sur sur

BIO DEMI MONDAINE

( écrit par F.M Santucci de “libération” et L.Jézékeil de “télérama” )

Si le rock and roll est encore affaire de dégaine, de débrouille et de panache, DEmi MOndaine se pose là.
Ils exécutent un rock indé, punk rock et chanson électrique, entre français et langue anglaise, tirant sur le blues, qui peut rappeler Gun Club , Noir Désir autant que Pj HArvey.

Béatrice , grande brune tatouée à la voix rauque habite ses chansons d incroyables manières, entourée de ses deux belles et sauvages batteuse et bassiste Zoé et Sarah, et de l homme du groupe, pirate des cordes, Mystic Gordon à la guitare.
L’ électricité et la poésie décuplent la chanson et la scène est un terrain de jeu ou tout se passe. En concert, on oublie tout, les styles, les chapelles, les conventions…
DEmi mondaine est généreux dans l extreme, n a pas peur de se mettre à nu, de violenter les scènes et les publics. Demi Mondaine magnétise, électrise, enflamme.
DEmi mOndaine laisse une marque, comme une griffe.

Demi Mondaine 02

Ok, le BLACK MINOU (le Chat Noir) à Roujan est un endroit particulier. Un espèce de petit bistrot de village paumé entre vignes et pas grand chose. La France profonde telle qu’on l’imagine et que, souvent, on redoute. Un de ces endroits où même dans tes pires cauchemars, tu n’envisages pas d’y mettre les pieds. Un coin finalement très semblable à “Rio Baril” que chantait Florent Marchet.

Bref, tels des Indiana Jones languedociens (à lire avé l’acent), nous avions malgré toutes nos réticences décidé de nous y rendre.

Pour voir, rien de plus. Passé la terrasse, fort semblable à celle de bon nombre d’autres bistrots de cette région reine à matière de chômage et de bas salaires (quand tu en as un), tu commences un peu à changer d’avis. Endroit chaleureux style pub, serveuses sympas et patron plutôt cool si l’on oublie au passage ses goûts douteux sur la chanson française qui, selon lui,  se résume à Léo Ferré ou Bertrand Cantat. Tu t’installes, bois un coup de rosé et commence à discuter. Facilement, sans gêne, presque naturellement avec d’autres clients. Un peu comme dans beaucoup de bars du coin. Sauf que chez Manu (le patron), tu n’entends pas du tout les mêmes discours que une grande majorité des bistrots héraultais. Quand on parle de blacks ou d’arabes, c’est de musique ou de voyages que tu causes, pas de ces p’tains d’immigrés qui viennent pour te piquer un boulot… que tu n’as pas… et dont je ne suis même pas sur qu’il existe.

La mixité culturelle, le mélange social, tous ces jolis poncifs d’une gauche bobo qui se noie dans ses propres poncifs ou postulats, tu la vis au quotidien sans tabou, facile. Et même si tu peux entendre quelqu’un enc…. cette salope de Marine, tu peux discuter de Zemmour, Dieudonné ou de Soral sans que tu aies l’impression de faire tâche, que l’on te regarde avec un air dégouté ou qu’on le te sorte un ” Mais tu te rends comptes de la portée de ce que tu fais ou dis ? “. Bref, un endroit radieux pour tout autonome qui se respecte, où coincé entre un iroquois et une blackette superbe, tu te trouves loin, très loin des discours entendus et faux culs d’une faune agathoise étriquée entre le politiquement correct, l’égo de certains et les magouilles ou travail au gris des autres.

Vient maintenant le concert de DEmi MOndaine ! Beau positionnement du groupe, en hauteur comme il se doit. Des éclairages plutôt intelligents et une sono un rien pourrave comme ce devrait être obligé pour tout groupe rock qui se respecte quand tous ces cons de jazzeux ou classicos demandent le parfait qui jamais n’existera. 3 gonzesses pour un mec : un gang-bang sonore à l’inverse ! Une énergie qui te fout les poils et te fait penser ” Ma, p’tain ‘toujours avé lacent” que le rock et frenchy of course, c’est bien !

C’est pas du lourd, c’est du subtil comme dirait Audiard. Un truc, un bidule qui te transporte, te projette loin des 5 jacks que tu viens de t’enfiler, loin de Roujan et de cette région de mes couil… Un truc à part ! Des paroles qui percutent, des choix judicieux, bien sentis et une voix, et quelle voix ! Béatrice, elle te tripote, te donne l’envie (y compris celle d’avoir envie, comme qui dirait quelque atrophié du bulbe). Une zégon comme tu calcules menu. Des p’tits nichons comme je les aime, un corps qui me ferais devenir lesbien et des accents dans la voix qui te donnent envie de chialer. Cette gonzesse, elle a tout ! La présence, le style ‘prononcez staiyle”, des bollocks énormes coincés dans son stirng au dessus de sa chatte épilée. La môme Piaf quand elle chantait comme une conne, presque à poil dans les rues de Paname, croisée avec un B. Cantat avant qu’il ne s’amuse ou déraisonne à frapper la tête d’une superbe.

C’est grand, puissant, presque déraisonnable ! Passé le début d’érection qui te titille, tu te prends à rêver. Un son comme ça, ça existe ? Ben, ouais et tu l’as sur scène !

Bref, arrêtons là les élucubrations burlesques ou autres divagations de quinquagénaires prostatiques repentis. Si DEmi MOndaine passe à côté de chez toi et que tu ne vas pas les voir… Beh, reste chez toi à te palucher en matant “Danse avec les stars”. Si, par contre, tu as envie de te déboucher les oreilles, de t’aérer les neurones et te dire que le rock n ‘est pas qu’une musique de vieux cons, fonce, va les écouter et les regarder !

Et si, par hasard, tu passes par Roujan, arrêtes toi au Black Minou. Complimente Sophie pour son délicieux sourire, Audrey pour son corps de rêve et surtout, n’oublie pas de dire à Manu qu’il a des goûts de chiotte pour la musique, hormis dans la programmation de son établissement. Parfaite… pour l’instant.

LES PAROLES

Je me souviens encore de ma première femme
Elle s’appelait Nina, une vraie putain dans l’âme !
La Reine des morues de la plaine Saint-Denis,
Elle faisait le tapin près la rue d’Rivoli !

Refrain :
Mort aux vaches ! Mort aux condés 1!
Viv’ les enfants d’Cayenne ! A bas ceux d’la sur’té !

Ell’ aguichait l’client quand mon destin d’bagnard
Vint frapper à sa porte sous forme d’un richard…
Il lui cracha dessus, rempli de son dédain,
Lui mit la main au cul et la traita d’putain

Refrain

Moi qui était son mec et pas une peau de vache,
Moi qui dans ma jeunesse pris des principes d’apache2,
‘sortis mon 6.35, et d’une balle en plein cœur
Je l’étendis raide mort et fus serré sur l’heure !…

Refrain

Aussitôt arrêté, ‘fus mené à Cayenne.
C’est là que j’ai purgé le forfait de ma peine…
Jeunesses d’aujourd’hui, ne faites plus les cons,
Car d’une simpl’ conn’rie, on vous fout en prison !…

Refrain

Si je viens à mourir, je veux que l’on m’enterre
Dans un tout p’tit cim’tière près d’la rue Saint-Martin,
Quatr’ cents putains à poil viendront crier très haut :
« C’est le roi des julots que l’on coll’ au tombeau ! »

 

Et le clip pour finir de ” PARIS SOUS LA NEIGE “, parce que ce morceau est grand, même s’il est meilleur sur scène !

 

Le Chat Noir

1 Avenue de Cassan, 34320 Roujan

0467246134