Au risque de me répéter encore une ultime fois, le but principal de ce site est de mettre à l’honneur ou en lumière des personnes dont on ne parle que trop peu souvent et surtout de sortir de cette logique qui, à chaque fois me laisse totalement songeur, voulant que dans cet ouest sauvage du département, il ne se passe rien ! Si il m’est facile de souscrire à cette façon de penser pour ce qui concerne nos politiques locaux, en matière culturelle, arrêtons bêtises et billevesées.

Cette région est riche, bourrée d’énergie et emplie de création avec de jeunes chanteurs, musiciens, interprètes, écrivains, poètes, peintres, sculpteurs, graphistes, plasticiens et autres. Tous ne réussissent pas, loin de là, à en vivre. Ce qui, finalement, ne les rends pas si différents de la grosse partie d’une population héraultaise qui s’hellénise tout doucement, avec des taux de chômage record, un travail non déclaré qui devient la norme ambiante et un salaire médian qui se rapproche doucettement de celui de l’Espagne ou du Portugal. Des inégalités qui augmentent, crevant les yeux autant que le coeur, avec des truands notoires pourtant d’habitude plus habitués aux officines obscures qui maintenant s’affichent, se montrent lors de fêtes tout plein du sentiment d’impunité totale que leur laissent les pouvoirs publics, visiblement plus intéressés par le bénéficiaire du RSA qui magouille un peu que par le commerçant qui omet des milliers d’euros dans sa déclaration fiscale.

Fin du couplet vieil anar dégoûté et parlons un peu musique ou plutôt chanson. Au travers de trois jeunes filles aussi talentueuses que jolies, rencontrées au hasard des routes du département, lors de concerts, vernissages ou soirées improbables. Je ne ferais pas de descriptif de chacune dans ce court article où je m’aperçois avoir plus parlé de politique que de culture. Nous y reviendrons dans de prochains articles.

Les chansons sont courtes, assez pour que passiez quelques minutes avec elles, à les écouter, à découvrir leurs voix et leurs textes. Sensibles, émouvantes et drôles, elles sont à l’image de la création dans ce département : vivante ! Puissent Barbara, Gwenn ou Katrin’ vous donner un peu envie de bouger votre flasque popotin pour aller les découvrir. Deux d’entres elles ont été filmées lors de concerts gratuits et dans le cas de la dernière, l’entrée était  6€ (moins qu’un paquet de clope). Si vous trouvez une bonne raison pour ne pas aller les voir, communiquez la moi vite ! Personnellement, je n’en vois pas.

BARBARA WELDENS

GWENN GUIFFANT

KATRIN’ WALDTEUFEL