Une expérience 100% collective

nu

Fondamentalement le Festival à 100% a l’esprit d’équipe. C’est ancré dans son engagement militant, son ADN associatif ou son éthique sociale et solidaire. Ainsi depuis sa première édition nomade fédérant 20 villes du grand sud pour autant de festivités, il n’a eu de cesse de connecter les énergies, de réunir les bonnes volontés. Une démarche qui lui permet d’aller à la rencontre d’autres collectifs, des structures amies avec lesquelles nous partageons une même ambition, offrir du surprenant et de l’inédit, du beau et du rare. Une ligne artistique explicite, le pourquoi d’une programmation reflétant la diversité. Un large choix d’artistes singuliers, de propositions musicales innovantes et de découvertes… C’est cette curiosité que nous vous invitons à transmettre à votre tour en expérimentant collectivement cet étrange objet social qu’est la culture. Un carrefour où de passager l’on devient passeur à son tour.

Souvent le terme d’univers est trop large, trop superlatif pour ce qui relève au mieux de l’originalité artistique. Toutefois Arlt a bien sa manière unique de trousser des chansons belles et cruelles. Des comptines sauvages où le loup paye l’addition de son innocence, où les fées clopinent telles de grandes sauterelles blessées par des enfants rieurs. De courtes saillies, des croquis minutieux comme les minutes d’un procès sur du papier journal. Une ironie musicale qui se retrouve dans le traitement corrosif apporté aux figures de style (blues, pop, rock…) qu’ils réinterprètent à leur sauce, entre terre et mer. Cette singularité leur a permis d’avoir les honneurs de la presse de qualité de Fip jusqu’à Rock&Folk, des Inrocks à Nova… Se démarquer, c’est se faire remarquer. Arlt

www.myspace.com/arltmusic

Mercredi 20 février
En show case (gratuit) à la boutique agnès b à 17h30
14 Rue Foch 34000 Montpellier

Et à 21h00 à The Black Sheep
21 Boulevard Louis Blanc
Tarifs : 8€ / 5€

Frank Rabeyrolles

Huitième album pour cet artisan discret de la scène indé, mais le premier sous son vrai nom. Brouiller les pistes, rester entre ombre et lumière, le boss du label Wool Recordings n’est pas un m’as-tu-vu quand je mixe, un wanna be en recherche de strass, mais un faiseur de beat. Que cela soit sous les pseudos de Double U ou de Franklin, il trace son sillon sans se soucier des modes. JD Beauvallet des Inrocks a raison de parler à son sujet d’une « pop comme la vie, mélancolique un instant, épanouie le suivant, énervée puis apaisée, anxieuse puis radieuse dans le même souffle. » Low fi, electronica, il brasse les influences avec bon goût. Son érudition lui permet d’avoir un son « à la fois sévèrement expérimental et innocemment pop, électronique et bucolique, agité et contemplatif » comme le souligne le critique à l’oreille incorruptible.

 

soundcloud de Franck.R

Jeudi 21 février à 20h30
Avec Lescop et Kas Product

Tarifs : 20€ / 18€ / 17€ / 8€ / 6€

A Victoire 2
Mas de Grille, Saint Jean de Védas

co-réalisé avec Stand’Art$

Maïa Vidal

Attention, cette ingénue au chant aussi céleste que spirituel ne saurait être résumée au buzz qui accompagne ses faux débuts. Nommée aux BBC music awards, vivant entre Barcelone, Paris et New York, la jeune franco-américaine s’est déjà fait remarquée dans une précédente vie artistique avec un trio punk au féminin. Il y a donc de la riot girl cachée dans cette multi-instrumentiste qui impressionne par le naturel avec lequel elle distille des parcelles de rêve. Une petite fée qui se joue des effets comme des mots. Internationale de naissance (ses origines sont franco-espagnoles et japonaises), elle connaît désormais une reconnaissance qui l’est autant. Musicalement, ses mélodies évoquent un Beirut minimaliste utilisant des instruments rares dans le registre pop : accordéon, violon, jouets, trompette, … Un talent qui pourrait l’emmener encore plus loin que sa bicyclette.

www.maiavidal.com

Samedi 23 février à 20h30

Avec Flou-Fantôme et Françoiz Breut

Tarifs : 16€ / 6€

Au Jam
100 rue Ferdinand de Lesseps, Montpellier

Lescop

Bombardé dernière merveille en date, ce petit-fils de Taxi Girl nourri au biberon Joy Division porte sur ces épaules cintrées les folles espérances du mundillo musical hexagonal qui attend toujours son nouveau Daho. C’est oublier que le garçon a roulé sa bosse sur des kilomètres d’asphalte avec Asyl. Une expérience qui explique l’aplomb avec lequel il appréhende aujourd’hui la scène et les flash des médias qui s’emballent. Au départ de ce nouveau combo, l’étrange envie de faire danser les gens en parlant de ses obsessions. « Variété bipolaire », s’il a le sens de la formule, il possède aussi une plume acérée, trempée dans une encre noire comme sa pop teintée de new wave. Même si c’est à Londres que lui est venue l’inspiration, on pense à Manchester quand il chante la nuit tokyoïte ou les rendez-vous fatals en forêt.

www.popnoire.com/lescop_fr

Jeudi 21 février à 20h30
Avec Franck Rabeyrolles et Kas Product

Tarifs : 20€ / 18€ / 17€ / 8€ / 6€

A Victoire 2
Mas de Grille, Saint Jean de Védas
Co-réalisé avec Stand’Art

Flou-Fantôme

Imaginez que vous vous réveillez seul(e), un dimanche matin d’hiver humide. Vous regardez à la fenêtre. Une petite mélancolie pas vraiment désagréable vous habite. Vous vous demandez alors quelle pourrait-être la bande son de ce moment un peu particulier. Une musique qui s’emparerait de vous presque à votre insu, subrepticement. C’est cet état que Charlotte et Sébastien, alias Flou-Fantôme, veulent illustrer. Une pop aérienne qui oscille tendrement entre Gravenhurst et Beach House. Ce duo mixte créé il y a peu cherche à instiller quelques notes de finesse dans nos tympans trop souvent malmenés. Nulle autre ambition, si ce n’est celle de vous émerveiller. La revanche de l’émotion dans un monde de bruit et de transpiration.

 

Françoiz Breut

Plus qu’une autre, Françoiz Breut trouve naturellement sa place dans la programmation interdisciplinaire du 100%. Chanteuse à l’originalité non feinte, muse ayant pour pygmalion Dominique A, Philippe Katerine, Yann Tiersen, Herman Düne ou Joey Burns de Calexico, elle mène aussi une double vie d’illustratrice. Comment ne pas déceler dans cette pratique ancienne du dessin, cet art du récit qui invite à l’évasion, qui ouvre grand les portes de l’imagination ? Loin des carcans qui emprisonnent la création, sa lyre se nourrit de rencontres, sa feuille blanche se colore d’impressions saisies au vol. Des paroles enlevées comme les vignettes d’un comic strip aux nuances douces amères. Quelque chose de l’enfance, un temps où tout reste à inventer.

www.francoizbreut.be

Samedi 23 février à 20h30
Avec Flou-Fantôme et Maïa Vidal

Tarifs : 16€ / 6€

Samedi 23 février à 20h30
Avec Maïa Vidal et Françoiz Breut

Tarifs : 16€ / 6€

Au Jam
100 rue Ferdinand de Lesseps, Montpellier

Au Jam
100 rue Ferdinand de Lesseps, Montpellier

Kas Product

Formé à Nancy en janvier 1980 par un ancien infirmier psychiatrique et une chanteuse jazz américaine, Kas Product peut se prévaloir d’être précurseur. Figures de la cold wave européenne, ils furent parmi les premiers à dompter les machines et firent naître bien des vocations. Un mélange d’aciérie mélodique et de rythmiques mitraillées, le feu d’une voix à la sensualité exacerbée, dans une atmosphère post-industrielle d’accident nucléaire. Reformés en 2005, ils ont d’emblée saisi tout le bénéfice qu’ils pouvaient tirer de leurs nouveaux jouets numériques. Le résultat est un electro clash salutaire, une techno indus synthétique qui aurait mutée dans les frigos d’un cybercafé martien. Un uppercut intemporel. Cyberpunk un jour, cyberpunk toujours.

www.kasproduct.com

Jeudi 21 février à 20h30

Avec Franck Rabeyrolles et Lescop

Tarifs : 20€ / 18€ / 17€ / 8€ / 6€

A Victoire 2

Mas de Grille, Saint Jean de Védas

co-réalisé avec Stand’Art

N.U Collectif Inbetween/Cas_1

Atelier d’artiste, work in progress, cette installation vous propose une immersion dans la gestation d’un spectacle à venir. Un chantier permanent où vous êtes exceptionnellement autorisés à entrer. Reconnue pour la beauté équivoque de ses précédentes productions dont l’époustouflant Tête de nuit, la compagnie mêle arts plastiques, théâtre, vidéo, marionnette et musique, etc. au gré de ses aventures sans jamais sacrifier le fond à la forme, ni perdre le fil narratif. Aujourd’hui, les voilà partis pour une incursion imaginaire autour de Claude Cahun, figure tutélaire du transgenre et photographe contemporaine de Man Ray. Au duo créatif composé par Axelle Carruzzo et Sébastien Lenthéric viennent se greffer le comédien Mathias Beyler, le vidéaste Cyril Laucournet, l’écrivaine Lucille Calmel ou encore des musiciens de Labradore et le chercheur sonore Jean-François Blanquet pour un projet qui tiendra tant de l’oratorio pop rock que d’une topographie de l’intime.

Nu-189x300

Du 13 au 23 février de 14h00 à 19h00

Performance avec Labradore les 19, 20 et 21 à 19h00

Entrée libre

Galerie Saint Ravy Rue Saint Ravy, Montpellier